7

Critique de Tomorrow

par Le Doc le jeu. 30 sept. 2021 Staff

Rédiger une critique
Demain...

L'apparition d'un nouveau virus déclenche la chute de la société telle que nous la connaissons. Si ce pitch vous dit quelque chose, c'est bien normal puisque il est à la la base d'innombrables récits d'anticipation et d'horreur, aussi bien à l'écrit que sur le petit et le grand écran. Le genre d'histoires qui prennent une résonance particulière depuis la pandémie qui nous touche depuis plus d'un an (le scénariste le reconnaît dans sa postface, Tomorrow...tout comme The Resistance de J.M. Straczynski sur un sujet proche mais traité très différemment...ayant été publié en 2020 aux Etats-Unis)...

S'il propose donc sa vision de ce thème qui peut sembler archi-rebattu, le scénariste Peter Milligan (connu notamment pour les séries Shade the Changing Man, Enigma et X-Statix) se démarque par l'origine qu'il donne à l'épidémie et par la personnalité de son personnage principal. Le virus est en effet d'origine informatique, une "peste" virale qui a muté et s'est transmise à l'homme, ce qui explique les effets aléatoires de la transmission. La mini-série en 5 épisodes sortie à l'origine chez Dark Horse dans la collection Berger Books suit plusieurs protagonistes, le premier étant un jeune musicien neuroatypique, Oscar Fuentes.

Cette apocalypse est donc décrite par la voix d'un adolescent qui se réfugie dans la structure de la musique pour contrôler aussi bien le chaos ambiant que celui qui se trouve dans son propre espace mental. Il n'y a pas que son violoncelle qui peut aider Oscar, il y a aussi la présence de sa soeur jumelle qui se trouve loin de lui et qu'il tente de rejoindre....mais dans ce monde livré à la sauvagerie, Cira Fuentes a aussi son lot de problèmes. La caractérisation est intéressante, tout comme la façon dont Peter Milligan décrit le lien fusionnel qui unit Oscar et Cira...

Le parcours de Oscar et de Cira est ponctué de rencontres, certaines sympathiques, d'autres détestables. Entre action, drame et horreur, Tomorrow n'échappe pas à quelques clichés inhérents au genre (la référence à Sa Majesté des Mouches est appuyée et revendiquée par l'auteur) mais la lecture ne manque pas d'efficacité, notamment grâce aux dessins de Jesus Hervas (The Empty Man), très à l'aise dans la description de cette atmosphère sombre et désespérée. L'entame est percutante, le voyage est mouvementé et au bout de cette cruelle double quête initiatique se mêle amertume et (tout de même) une petite note d'espoir.

En bref

La postface de Peter Milligan et la biographie des auteurs sont à retrouver en fin de volume.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (862)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)