10

Critique de Les filles du Kurdistan #1

par Korail le mer. 20 oct. 2021 Staff

Rédiger une critique
Des femmes libres

Il n'y a pas d'état kurde. Le Kurdistan s'étend sur quatre pays : l'Iran, l'Irak, la Turquie et la Syrie. Quatre pays dont les noms sont plus évocateurs de guerre ou de drames que de révolution féministe. Et bien cet ouvrage vient rétablir une autre vérité.

Dans cette région, siège de la révolution néolithique (celle où les chasseurs cueilleurs sont devenus des agriculteurs sédentaires) et par-là même du patriarcat a lieu depuis une trentaine d'années, une authentique révolution féministe.

Une révolution avec lutte armée, héroïnes et martyres, victoires militaires (même contre Daesh), théorie politique et rééducation des hommes (en neuf mois, le temps d'enfanter un homme nouveau). Une révolution qui permet à des femmes de se construire ou de se reconstruire. Une révolution avec un ancrage géographique fort mais qui attire aussi des femmes au niveau international comme Docteure Medya (nom d'emprunt). Une révolution enfin qui touche des femmes de tout âge (la révolution des grands-mères, des mères et des filles). C'est le seul petit bémol que je mettrais pour cet ouvrage que j'ai adoré : le titre qui parle des filles du Kurdistan, j'aurais préféré que l'on parle de femmes, dans filles j'entends encore l'écho d'un genre mineur.

En parallèle de l'histoire des femmes kurdes, cette BD documentaire retrace le parcours de l'auteure, Mylène Saulois, journaliste, qui, lorsqu'elle veut parler de cette révolution ne trouve des financements que dans des magazines féminins parce que « le féminisme, ce n'est pas vendeur ». Une combattante se plaint d'ailleurs des premières pages européennes où elles sont réduites à de belle femmes qui luttent.

Il y a donc aussi le parcours d'une femme, européenne, et de ses difficultés pour pouvoir montrer cette révolution, pour pouvoir porter la parole d'autres femmes. Elle raconte sa première rencontre avec les femmes du village en 2004, et le film documentaire qu'elle avait tourné suite à cette rencontre. Des années plus tard, elle recherche ces femmes et les met à nouveau à l'honneur à l'aide d'un média différent, la bande dessinée et ça aussi, c'est intéressant. Un roman graphique, c'est un objet, ça reste, on peut y revenir. Peut-être que ça marque davantage (en tout cas autrement) qu'un film documentaire.

Le choix du noir et blanc et le trait crayonné de Clément Baloup mettent d'ailleurs parfaitement en valeur les propos, les visages, les regards et les paysages de cet ouvrage. Les scènes de guerre, de destruction sont d'autant plus poignantes. Il y a vraiment un bel accord entre les récits et les dessins.

Les filles du Kurdistan se lit d'une traite, le ventre noué et le souffle court ; il faut le lire et le faire lire pour avoir un regard plus aiguisé sur le monde. Un documentaire BD que je recommande donc vivement : le parcours documenté de femmes révolutionnaires, leurs luttes armées, philosophiques, politiques pour la liberté, la reconnaissance de leur droit et l'avènement d'un monde nouveau. Une épopée féminine porteuse d'espoir.

En bref

Les filles du Kurdistan se lit d'une traite, le ventre noué et le souffle court ; il faut le lire et le faire lire pour avoir un regard plus aiguisé sur le monde. Un documentaire BD que je recommande vivement : le parcours documenté de femmes révolutionnaires, leurs luttes armées, philosophiques, politiques pour la liberté, la reconnaissance de leur droit et l'avènement d'un monde nouveau. Une épopée féminine porteuse d'espoir.

10
Positif

Passionnant, destin collectif de femmes remarquable

Le choix du noir et blanc crayonné

Un dossier de 30 pages à la fin pour en savoir plus

Negatif

Korail Suivre Korail Toutes ses critiques (21)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)