6

Critique de Strange Tales #107

par Le Doc le jeu. 2 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
Le Maître des Flammes contre le Monarque des Mers !

La revue Strange Tales a débuté en tant qu'anthologie horrifique dans les années 50, quand Marvel s'appelait encore Atlas. Le sommaire est ensuite passé à la S.F. et aux grands monstres quand Jack Kirby a fait son retour chez l'éditeur avant d'accueillir son premier super-héros en 1962 à partir du #101. La Torche fut le premier membre des 4 Fantastiques à vivre des aventures en solo (même s'il a souvent partagé l'affiche avec la Chose aux yeux bleus, avec qui il adore se disputer). C'était le genre de série que Stan Lee refilait le plus souvent à d'autres scénaristes (son fre Larry, Ernie Hart, Robert Bernstein et même Jerry Siegel), ne s'occupant que du plot de chaque numéro.

Dans Strange Tales, Johnny Storm retournait sur les bancs de l'école, dans sa petite ville fictive de Riverdale...euh, Glenview, Long Island, tout en essayant de maintenir le secret sur son identité (ce qui n'a pas duré longtemps...ah, ces jeunes !). C'est dans Strange Tales que sont apparus pour la première fois des ennemis réguliers des F.F. comme le Sorcier et le Piégeur (quand il était encore affublé du nom ridicule de Pete Pot-de-colle). 

Je n'ai lu qu'une poignée de Strange Talesriode Torche Humaine (le titre est devenu plus intéressant avec  les Doctor Strange puis les Nick Fury en double programme) et à chaque fois les prétextes étaient assez légers comme dans ce #107. Parce qu'il en a assez d'être considéré comme un gamin par les autres membres des F.F., Johnny décide de prouver sa valeur en allant défier Namor. Après tout, on est vendredi soir et il n'y a pas d'école avant lundi. Faut bien occuper son week-end !

S'il est amusant à lire grâce...ou peut-être à cause de sa naïveté, l'épisode est tout de même très léger (on est loin du niveau de la série principale). Mais il y a des détails assez savoureux. En ce temps-là, les auteurs expérimentaient encore avec les capacités et le niveau de puissance des personnages. Ainsi, la Torche ne peut maintenir sa flamme sur une longue durée et il se retrouve obligé d'atterrir sur un bateau où il est pris pour un passager clandestin (et est obligé de laver le pont pour payer son passage). Quant au Prince des Mers, il fait la démonstration de pouvoirs (oubliés par la suite, j'ai l'impression) qui lui donnent une allure pas vraiment "digne", comme lorsqu'il fait gonfler son corps tel un poisson-globe !


En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (910)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)