7

Critique de Batman Arkham - le Sphinx

par Le Doc le ven. 3 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
Des questions...toujours des questions !

À part quelques vieilles revues Sagédition, je n'ai pas lu beaucoup de Batman pendant ma prime jeunesse (il faut dire qu'à quelques exceptions près, la publication des comic-books DC en France fut assez erratique pendant plusieurs années). En ce temps-là, je suivais principalement les aventures du Chevalier Noir sur le grand et le petit écran et ma vision du Sphinx, le maître des énigmes de la galerie d'adversaires de Batman, se basait sur l'interprétation de Frank Gorshin dans la série des années 60. Un Edward Nigma ricanant et bondissant retrouvé dans les deux premières apparitions du personnage datant de 1948 qui ouvrent cette anthologie. 

Les numéros 140 et 142 de Detective Comics, dans lesquels s'exprime pleinement le goût pour le gigantisme du dessinateur Dick Sprang, furent les seules apparitions du Sphinx jusqu'aux sixties. Le format court de chaque histoire (12 pages) leur donne beaucoup de rythme et les énigmes et jeux de mots (dont certains sont savoureusement capillotractés) ont très certainement inspiré  les auteurs du feuilleton télé à succès. Le troisième épisode sélectionné fait un bond dans les années 80 avec un Brave & the Bold signé Don Karr et Carmine Infantino qui oblige Batman à former une équipe avec Nigma, schéma répété plus loin dans l'album. Le scénario montre bien que le vilain n'apprécie guère que l'on copie son mode opératoire et cette alliance contre nature lui permet de comparer sa façon de raisonner à celle de Batman, alimentant une bonne dynamique.

Tiré du numéro spécial Secret Origins publié en 1989, "Quand" est une porte (écrit par Neil Gaiman) porte un regard intéressant sur le Sphinx dans une continuité DC repartie à zéro après le premier Crisis. Quelle est la place d'un "vieux" vilain évoluant au milieu d'accessoires géant sortis d'une bande dessinée de Dick Sprang dans cette nouvelle époque ? Réflexion sur la nature sans cesse changeante de l'univers DC ? Peut-être car dans l'épisode qui suit, Edward Nigma n'a par exemple plus le même physique. En 1995, le Sphinx est incarné par Jim Carrey dans le film Batman Forever. Il a donc eu droit à un "coup de projecteur" dans les comics

Dans l'annual 1995 de Detective Comics (solidement dessiné par Kieron Dwyer), Chuck Dixon réécrit les premières années de Nigma (sans annuler totalement les origines "fingeriennes"), un exercice pas toujours pertinent mais ici bien ficelé, en insistant efficacement sur la névrose du vilain. Le one-shot Riddler scénarisé par Matt Wagner tente de trouver un équilibre entre le sens du spectacle du Sphinx et un aspect plus sombre dans les conséquences de ses actes. Le scénariste n'atteint pas pleinement son but mais il y a de bons moments. 

On passe ensuite à deux arcs narratifs en trois parties pour deux résultats très différents. L'Enigme Première (Legends of the Dark Knight #109 à 111) déroule une intrigue laborieuse, à partir d'une idée que je n'ai pas trouvé convaincante. Dès le début, ça n'a pas fonctionné pour moi et l'ennui s'est donc installé jusqu'à la dernière page. Tout le contraire de Une Nouvelle Aube (Batman Confidential #26 à 28), certes plus classique (une variation sur le thème du Brave & the Bold, avec un team-up Batman/Sphinx) mais très accrocheur : bien construit, avec de nombreux rebondissements, de bonnes idées (comme une sorte de version moderne du King Tut) et surtout une superbe partie graphique par José Luis Garcia-Lopez et Kevin Nowlan (j'adore !). 

Et comme souvent dans ces anthologies consacrées aux super-vilains batmaniens, un numéro spécial récent (Batman 23.2 par Scott Snyder, Ray Fawkes et Jeremy Haun) occupe les dernières pages. Le New 52 n'étant pas l'initiative éditoriale DC que j'ai préférée (loin de là), ma lecture de ce nouveau tome de la collection  Batman Arkham ne s'est donc pas terminée sur une note positive.

En bref

Une sélection de couvertures et la biographie des auteurs complètent le sommaire.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (910)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)