6

Critique de Ace of Hearts #1

par Imitatia le dim. 5 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
“Tu as un joli Syndrome"

Tombée dessus par hasard au détour d’un rayon, une couverture qui m’a attirée l'œil, il n’en fallait pas plus pour que je m’intéresse à Ace of Hearts. Un titre dont je n’avais jamais entendu parler, une autrice et une maison d’édition tout autant inconnues, un résumé de quatrième de couverture qui renforce ma curiosité sur le titre et, hop ! Voilà que par magie il se retrouve dans ma pile à lire, moi qui scandais pourtant que j’allais ralentir sur les nouveautés pour me concentrer sur les suites… Une prochaine fois, peut-être.

Quoi qu'il en soit, j’ai pu lire ce premier tome de Ace of Hearts et vient à présent le moment pour moi de vous partager ce qu’a été mon expérience de lecture et l’avis que j’en ressors. Et on ne va pas passer par quatre chemins, je suis mitigée. Mais avant de vous en dire plus, essayons de résumer succinctement le contexte de cette histoire.

L'intrigue de Ace of Hearts prend place à Venise, en 1910. On y suit Lian et Noha, deux enfants en fuite qui trouvent refuge dans un institut. L'intrigue commence quand ils sont découverts pour un enfant de l’institut, alors qu’ils se cachaient dans une armoire. Ne pouvant se résoudre à laisser des enfants dehors livrés à eux-mêmes, les deux garçons sont invités à rester. Cependant, cet institut n’est pas comme les autres, à l’image de Lian et Noha, il semble n’abriter que des enfants ayant le “Syndrome”, expliqué comme étant le fait d’abriter un animal sacré en soi. “Syndrome” qui peut s’avérer dangereux lorsque, comme c’est le cas pour Lian, on ne le maîtrise pas. Mais je ne vous en dis pas plus pour garder un peu de mystère sur ce premier tome.

Si le pitch de base me plaît, le rendu me plaît moins, malheureusement.

Je m’explique. Comme dit précédemment, je ressors mitigée de cette lecture. J’ai senti, et sens encore après lecture, un véritable potentiel mais le fait est là : c’est beaucoup trop brouillon. Pourtant tout est là, une histoire intéressante, un minimum originale, et des personnages intrigants sublimés par un chara-design que j’apprécie tout particulièrement. On sent que Shiru Midoriiro a réfléchi à son histoire et à ses personnages en amont. Les idées sont là et l’auteure semble savoir où elle va et ce qu’elle veut raconter. Mais alors, qu’est-ce qui cloche ? Et bien, globalement, la narration. Un mot me vient à l’esprit quand je pense à cette dernière : maladroite. Pour faire simple, ce tome va et vient entre présent et passé, à travers divers flash-back, le tout de manière abrupte, ce qui m’a passablement confuse durant ma lecture. Ajouté à cela le fait que j’avais parfois du mal à comprendre qui disait quoi, des dessins sublimes mais parfois aussi confus que mon cerveau durant la lecture, et des personnages parfois difficiles à différencier… Et me voilà complètement perdue.

Alors je me dis que, peut-être, très probablement, je n’ai pas lu ce premier tome au meilleur moment. Je l’ai lu à la fin d’une longue journée, le cerveau fatigué, peut-être cela joue-t-il et, peut-être, encore, qu’à ma prochaine lecture tout me paraîtra plus clair. Quoiqu’il en soit, à l’heure actuelle, je reste confuse et perdue devant ce récit qui me semble si maladroit.

Néanmoins, comme je le disais plus tôt, j’ai ressenti un véritable potentiel à travers les pages de ce premier tome et je suis convaincue que l'auteure ne pourra que s'améliorer à l’avenir. D’autant plus que je ressors tout de même quelques points positifs de ma lecture. Comme l’ambiance globalement sombre et pesante qui n’a pas été sans me rappeler celle de Pandora Hearts (sans que je ne sache me l’expliquer ceci-dit). Ou encore le chara-design. De ce côté-ci, je ressors satisfaite de ma lecture, ayant un réel coup de cœur pour la patte graphique de Shiru Midoriiro et ne demandant qu’à voir comment elle évoluera.

Bien que cette lecture ne fût pas un coup de cœur, je reste donc tout de même curieuse de voir comment évoluera le récit et son auteure et répondrai de ce fait présente à la sortie du tome 2.

En bref

Ace of Hearts est l’histoire de deux enfants atteints du “Syndrome” qui luttent pour leur survie. Si le scénario est intéressant et prometteur, le rendu ne suit malheureusement pas la route. La narration de ce premier tome est assez maladroite, rendant la lecture difficile. Néanmoins, le potentiel est là, on ressent malgré tout que l’histoire est travaillée et réfléchie, il n'y a donc plus qu’un pas pour que la lecture devienne plaisante. C’est pourquoi il me paraît intéressant de garder un œil sur ce manga et son auteure, et je répondrais présente pour le tome 2, persuadée que Shiru Midoriiro ne peut que s’améliorer.

6
Positif

Un dessin sublime …

Un véritable potentiel de l'auteure qui ne peut que faire mieux

Un scénario et des personnages qui restent malgré tout très intéressants

Negatif

… Bien que parfois confus dans les scènes d'action

Une narration maladroite rendant l'histoire difficile à suivre

Imitatia Suivre Imitatia Toutes ses critiques (25)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,00€
Boutique en ligne
7,00€
Boutique en ligne
7,00€
Boutique en ligne
7,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)