9

Critique de Far Cry: Les larmes d'Esperanza

par juju le dim. 5 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
L'irremplaçable Juan

Préquel du jeu vidéo Far Cry 6, les larmes d’Esperanza se centre sur Juan Cortez, ancien maitre espion du KGB, un pnj (personnage non joueur) qui fournit au héros Dani Rojas un arsenal de sac à dos et même son animal de compagnie, Guapo un crocodile.

Ici on retrouve Juan avant cette aventure, on apprend qu’il se balade de pays en pays en guerre mettant son expérience et sa formation au service du plus offrant. Cette fois-ci direction Santa Costa, un pays d’Amérique du Sud. Enormément de conflits dans le pays, trois camps se font face pour récupérer le commerce du Tantale, un minerai extrêmement rare découvert il y a peu. La junte militaire dirigée par Di stefano, le parti bourgeois menée par Raquel Romagnoli et enfin un groupe révolutionnaire guidé par Max Purillo. C’est ce dernier qui fait appel à Juan Cortez. Et tant qu’il y a de l’argent Juan Cortez répond toujours présent.

Après Immortals Fenyx Rising et Watch dog récemment, la collaboration Glénat Ubisoft ne s’arrête plus. Et franchement qu’ils continuent, je trouve le contenu vraiment très bon et pour le coup cette dernière collaboration est ultra divertissante, bourrée d’action.

J’ai beaucoup aimé les personnages. Déjà Juan Cortez est une bonne trouvaille au niveau du scénario. Un ancien membre du KGB qui manie une arme comme personne, ça donne forcément envie. Et surtout avide d’argent qui n’hésite pas à trahir ceux pour qui il travaille.

Esperanza, qui l’accueille à l’arrivée dans le pays, le titre de l’album prend tout son sens en fin d’album. Esperanza étant aussi la ville natale de Juan Cortez.

Le scénario est très bien mené par Mathieu Mariolle, énormément d’action et surtout beaucoup de trahison font de ces 80 pages, un moment très agréable à lire. Juan Cortez dès son arrivée va très vite aller tâter le terrain sur les trois camps rivaux et mettre en place sa stratégie risquée. Par moment il m’a fait penser à MacGyver, avec trois bouts de ficelle et un peu de soudure, il se fabrique une espèce de lance-roquette improbable, moment d’anthologie de la bd.

Les dessins m’ont vraiment fait penser à jeu vidéo, avec un traitement spécial où l’on a l’impression de voir des pixels sur chaque case. Du coup j’ai bien apprécié le rapprochement avec le jeu vidéo. Et ça donne clairement envie de relancer le jeu une fois la bd terminée.

Au final, Far Cry, les larmes d’Esperanza, préquel à l’histoire du jeu vidéo Far Cry 6 permet de passer véritablement un bon moment, bourrée d’action avec des rebondissements et des trahisons. Une bonne surprise.

En bref

Au final, Far Cry, les larmes d’Esperanza, préquel à l’histoire du jeu vidéo Far Cry 6 permet de passer véritablement un bon moment, bourrée d’action avec des rebondissements et des trahisons. Une bonne surprise.

9
Positif

Très bonne histoire

Les dessins qui font penser à un jeu vidéo

Negatif

juju Suivre juju Toutes ses critiques (146)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)