7

Critique de Thor #126

par Le Doc le dim. 23 janv. 2022 Staff

Rédiger une critique
Un combat titanesque !

Comme Thor, le demi-dieu Hercule a connu plusieurs incarnations en bande dessinée avant de rejoindre l'univers Marvel, notamment chez Timely (l'ancêtre de Marvel) dans les années 40 et chez la Distinguée Concurrence dans les aventures de Wonder Woman. Sa première apparition dans l'univers Marvel tel que nous le connaissons a d'abord eu lieu dans Avengers #10 en 1964 mais il a ensuite été révélé que c'était un imposteur. Les véritables débuts de Hercule se sont déroulés dans les pages du premier annual de Journey Into Mystery avant un deuxième round contre Thor quelques mois plus tard dans le dyptique Journey Into Mystery #125/Thor #126.

Ces deux épisodes montrent bien les différences de caractérisation entre Thor et Hulk dans les sixties (avant que des ajouts successifs nous montrent un Thor jeune plus insouciant, à qui son père tentera d'apprendre l'humilité). Le premier chapitre poursuit l'intrigue débutée dans le numéro précédent, avec la fin du combat de Thor contre un sorcier transformé en démon par des pierres magiques asgardiennes. Pendant ce temps, Hercule vient d'arriver sur Terre et il fait déjà l'étalage de sa force en déblayant une voie de chemin de fer pour qu'un train puisse repartir. Il en profite pour embarquer et rejoindre la ville la plus proche où son exubérance et son côté bon vivant enchantent les foules, les gens le prenant pour un acteur de péplums (c'est qu'il a un air de famille avec Steve Reeves).

Sa tâche terminée, Thor veut rentrer sur Terre pour retrouver la femme qu'il aime, Jane Foster. Mais son père Odin en a assez que son rejeton partage son temps entre Asgard et Midgard...et Thor choisit bien évidemment la Terre. Déjà tendu suite à son face-à-face avec son géniteur, Thor ne supporte pas de voir qu'Hercule compte fleurette à Jane (toujours piégée dans le cliché ambulant de la plupart des protagonistes féminines de l'époque) et il ne faut pas grand chose pour que les deux divinités commencent à échanger de massifs coups de poing dans un deuxième chapitre explosif, au rythme soutenu. 

Même si Vince Colletta n'était pas vraiment l'encreur le plus adapté pour l'accompagner, Jack Kirby enchaîne les cases puissantes et si quelques points restent toujours ennuyeux (je reviens encore une fois sur le traitement de Jane Foster), les dialogues souvent grandiloquents de Stan Lee sont savoureux dans cette histoire faisant partie des nombreuses démonstrations de la cyclothymie d'Odin, qui a souvent usé la patience du Dieu du Tonnerre.

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1011)
Autres critiques de Thor
9
Thor T.1985

Thor T.1985 Staff

Lire la critique de Thor T.1985

9
Thor T.345

Thor T.345 Staff

Lire la critique de Thor T.345

Boutique en ligne
63,91€
Boutique en ligne
63,91€
Boutique en ligne
63,91€
Boutique en ligne
63,91€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)