Pour découvrir un bluesman fabuleux!

Cet album raconte l'histoire d'un rendez-vous manqué entre le cinéaste Thomas Mauceri et le chanteur Gil Scott-Heron. Le premier a découvert les chansons du second lors de ses études dans la ville de Keene… ville qui ne correspondait pas vraiment à ce qu'il cherchait : trop blanche pour y appréhender la culture afro-américaine! Quand, enfin, il va pouvoir rencontrer le chanteur pour lui parler de son projet de film sur lui, il vient juste de mourir à l'hôpital; Et c'est lui et Dorothée Nolan qui vont prévenir les contacts du chanteur de son décès.

Mais qui est Gil Scott-Heron? J'avoue que je n'avais jamais entendu parler de lui avant de lire ce livre. J'ai écouté (merci internet) un maximum de titres pour me faire une idée des productions de ce "parrain du rap". J'ai bien aimé la majorité de ce que j'ai entendu, musicalement bien sûr car ma pratique de l'américain n'est pas vraiment parfaite. Mais je ne le considère absolument pas comme un rappeur. D'accord ses premiers titres sont des déclamations de ses poèmes sur fond de percussions sur un rythme de "chanter parler", mais je le rapprocherais plus du slam que du rap. Et les titres de ses disques suivants m'ont séduite par leur côté blues-rock très agréable et bien chanté. Du coup, je me rapproche un peu de ce que le chanteur disait de lui-même qu'il était un "bluesologiste".

Grâce à l'impressionnante postface de Dorothée Nolan où elle détaille le contenu de presque tous les disques de Gil Scott-Heron, je me suis intéressée aux paroles de quelques chansons (je comprends mieux l'anglais-américain à l'écrit qu'à l'oral!). De nombreux textes montrent son côté militant de la cause afro-américaine et souvent avec beaucoup d'humour. J'ai particulièrement aimé "Whitey on the Moon", "The prisoner" ou "The Revolution Will Not Be Televised".

Mais la meilleure des BD serait à peine un essai s'il n'y avait des dessins. C'est mon 1e album illustré par Sébastien Piquet mais je gage que ce ne sera pas le dernier. Ses dessins sont fluides, agréables avec des personnages expressifs. Pourtant il n'a pas eu un rôle facile car la majorité de ses modèles sont des personnes vivantes ou ayant vécu. Je trouve qu'il s'est bien tiré de cet obstacle.

Je vais essayer de visualiser le film "Mouton Noir" que Thomas Mauceri a réalisé partiellement dans la boutique de son amie Malaika… peut-être à l'occasion du festival de 3 continents de novembre 2022 (http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_liste_generique/C_47443_F).

Un album qui m'a permis de découvrir ses auteurs ainsi que le chanteur qu'ils évoquent. Un bel hommage.

En bref

Un superbe album qui mérite le détour parce qu'il donne envie de découvrir Gil Scott-Heron ainsi que les réalisations de Thomas Mauceri et les livres de Sébastien Piquet… Rien que ça mérite une lecture!

7
Positif

biographie croisée entre Gil Scott-Heron et Thomas Mauceri

dessins réussis

postface passionnante

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2251)
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)