7

Critique de Être Montagne

par ginevra le mer. 14 sept. 2022 Staff

Rédiger une critique
Un monde postapocalyptique à échelle millimétrique

Les hommes fourmis ont bien du mal à survivre dans une forêt où les mantes religieuses règnent. Quand la maladie, qui les décimés il y a quelques années, semble revenir, le jeune Myco décide d'aller rencontrer les êtres montagnes au sommet du monde pour obtenir le précieux antidote qui les sauvera comme dans le passé. Une bien périlleuse aventure pour un aussi petit individu.

Cet album est la première BD de Jacopo Starace publiée en France si j'ai bien compris. Il ne nous donne aucune explication sur l'origine des hommes fourmis, mais quelques détails des images nous orientent vers un monde post-apocalyptique où la destruction de l'humanité serait liée à la pollution. Il a choisi de représenter le médecin de l'ordre du bacille avec un masque rappelant les "becs d'oiseaux" des médecins de la Renaissance luttant contre la peste. Étranger au village des champignons, il n'aurait pas dû être accueilli sans l'accord du prieur, chef spirituel de la communauté. Encore et toujours l'antagonisme entre science et religion avec un chef spirituel qui refuse toute contestation dans la foi aux êtres montagnes.

Jacopo Starace a réussi à rendre crédible cette humanité minuscule qui a recréé les défauts de la nôtre : obscurantisme religieux, mépris de certaines personnes comme la guérisseuse… Mais il y a aussi des comportements héroïques chez certains d'entre eux. J'avoue que certains détails m'ont surprise car ils me semblent impossibles : la batterie de la radio qui est plus petite que Myco, les fioles d'antidote qui sont si petites que Myco les tient dans sa main… pourquoi des humains de taille standard auraient-ils créés des objets aussi petits nécessitant loupe ou microscope pour être vus. À moins que le peuple fourmi n'ait été une ultime création de l'humanité pour survivre?

Je soupçonne Jacopo Starace de connaître le livre des frères Strougastki "Pique-nique au bord du chemin" rebaptisé "Stalker" depuis le film de Tarkovsky. Dans le livre, des êtres sont passés sur Terre et leurs déchets sont des artefacts fantastiques et souvent mortels pour l'humanité. Tout comme les miettes d'un pique-nique laissées dans la nature deviennent des sources de nourriture pour les fourmis et autres créatures minuscules (Voir Insectopie dans le film "FourmiZ"). Un des personnages évoque à un moment le fait que peut-être que les êtres montagnes n'aient même pas eu conscience de l'existence des êtres fourmis.

J'ai bien aimé les graphismes et les couleurs de cet album. Les tonalités de jaune et de vert dominent puisque l'action se déroule dans l'herbe d'une forêt. Je n'ai juste pas compris pourquoi forficule n'a que 4 pattes à moins que ce ne soit pas une variation de "perce-oreille".

Un 1e album français sympathique et plus profond qu'il n'y paraît de prime abord côté scénario puisqu'il est dit plusieurs fois que la maladie transformant les êtres en champignons a été causé par les détritus de l'humanité.

Un auteur à découvrir dont j'espère découvrir bientôt une autre œuvre.

En bref

Jacopo Starace est un nouvel auteur (dans la BD francophone) dont j'espère découvrir très vite de nouveaux albums. Un album qui mérite le détour pour ses graphismes et pour son monde original même si j'y ai trouvé quelques détails incohérents.

7
Positif

dessins semi-réalistes réussis

colorisation adapté au monde décrit

scénario original

Negatif

quelques détails incohérents

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2306)
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)