8

Critique de La République du Crâne

par ginevra le sam. 1 oct. 2022 Staff

Rédiger une critique
La fin de la piraterie présentée de façon magistrale

La maxime des pirates (en 4e de couverture) : "Mourir libre la corde au cou, plutôt que vivre les fers aux poings" rappelle celle d'Emiliano Zapata, révolutionnaire mexicain, "Mieux vaut mourir debout que vivre toute une vie à genoux". Mais vers 1720, la fraternité pirate vit ses derniers moments. Certains vivent toujours sans l'idéal d'une vie où tous sont égaux et où les capitaines et leurs seconds sont choisis par les équipages, mais d'autres ont déjà retrouvé les travers des marines de guerre ou de commerce où "le capitaine est le seul maître à bord après Dieu!".

Sylla, Olivier de Vannes, Le Marquis, Dutch, Lenoir… font partie du 1e groupe. En abordant un bateau endommagé, ils rencontrent la reine noire Maryam qui a mené la révolte de son peuple emmené en esclavage. Elle a conquis le bateau, mais aucun d'eux ne sait pas naviguer. Les pirates vont se charger de les former. Mais une question demeure : la reine Maryam fait-elle partie du clan des tyrans ou saura-t-elle se plier aux règles libertaires de la piraterie?

L'histoire est passionnante et bien écrite, mais je crains que les auteurs n'aient été un peu trop optimistes dans leur préface en amalgamant corsaires, boucaniers, flibustiers et pirates. Il ne faut surtout pas louper la postface de l'historien Fadi El Hage illustrée par des gravures de Howard Pyle. Elle explique les origines de la piraterie par les diverses guerres européennes du passé. Vincent Brugeas a créé des personnages charismatiques. Il y a surtout deux femmes étonnantes et fortes pour une époque où être femme était déjà un handicap et que cela empirait quand on y rajoutait une couleur de peau foncée!

Les graphismes de Ronan Toulhoat sont splendides. Les personnages sont expressifs et bien typés. Ses paysages donnent envie de s'y promener… et ses mers d'y plonger. Je crois (d'après d'autres lectures) que ses bateaux sont totalement conformes à l'époque du récit. Les pages de garde et d'introduction de chaque chapitre sont superbes avec leurs contours de cartes marines et les dessins jaune doré représentant bateaux ou autres détails du récit. Mais j'ai un reproche à faire à Dargaud sur ces pages de chapitre car le fond noir garde toutes les traces des doigts qui s'y posent… et il est difficile de lire un livre sans toucher les pages! Il faudrait marquer en couverture que c'est un livre à lire avec des gants comme un incunable!

Au final un superbe album qui rejoindra d'illustres prédécesseurs sur le sujet que je ne citerai pas car il y en a trop.

En bref

Un superbe album dont la très intéressante postface permet d'en apprendre plus sur la piraterie. Un scénario de Vincent Brugeas bien conçu et passionnant avec des personnages forts et charismatiques illustré de façon magistrale par Ronan Toulhoat. À aborder au plus vite!

8
Positif

histoire prenante

personnages forts et charismatiques

graphismes superbes

Negatif

pages de chapitre noires gardant les traces de doigts

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2358)
Boutique en ligne
16,99€
Boutique en ligne
16,99€
Boutique en ligne
16,99€
Boutique en ligne
16,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)