8

Critique de Nekogahara #1

par MassLunar le jeu. 6 oct. 2022 Staff

Rédiger une critique
Quand un shamourai errant sort ses griffes...

Nekogahara est un titre qui pourrait ravir les amateurs de manga miau. Rappelons que le chat est sans doute l'un des animal les prisés dans le monde du manga. On ne compte plus les séries de chat toutes mignonnes et drôles comme Chat de Yakuza, Félin pour l'autre, Chi , Fukuneko ou encore Chat malgré moi pour n'en citer que quelques-uns...Mais il y a aussi des variantes de manga félins plus décalés comme les bagarreurs Street fighting cat ou Nyankees qui proposent une relecture plus bad-ass du chat en calquant l'intrigue sur des combats de rues et de territoires en mode furyo.

Bref, du manga de chat, il n'y en a pour tous les goûts ! Il manquait peut-être un manga de chat samourai et ronin. C'est désormais chose faite avec Nekogahara par Hiroyuki Takei, l'auteur de Shaman King qui signe ici une série seinen en 5 tomes qui ne manque pas de sabre et de griffes.

L'intrigue se focalise sur Norachiyo, un chamourai errant depuis la mort de son maître qui cherche tout simplement un lieu où il pourra enfin mourir en paix. Tel un vrai manga de samourai déchu, l'histoire nous fait partager l'errance du taciturne Norachiyo qui bien sûr va accumuler les rencontres bonnes ou mauvais, enfin surtout mauvaises...

Dans le plus style du manga de samourai, Hiroyuki Takei impose un style faussement zen qui explose à chaque confrontation. Petite précision, Nekogahara est un titre seinen. C'est une fable animalière qui tranche dans le vif à coups d'encrages significatifs et un univers de Japon féodal injuste et cruel dans lequel les pauvres chats sans maîtres se font surtaxer par les méprisants chats domestiqués qui font régner leur petite tyrannie sur la populace féline. Au milieu de cette époque fragile, notre héros Norachiyu est un personnage ambivalent. Sauvage, ne faisant confiance à personne, il aide pourtant la veuve et l'orphelin ce qui ne l'empèche pas au passage de s'attirer un paquet d'ennuis. Cet antihéros est fascinant et charismatique. Il peut se montrer féroce et incontrolable comme sa rencontre avec une bande de jeunes voyous ou honorable comme quand il vient en aide à une pauvre famille. 

Hiroyuki Takei semble être un amoureux des chats. Le design des félins est bien évidemment calqué sur différentes races comme le chat siamois , les chats américains shorthair ou encore le beau chat norvégien. Le mangaka s'approprie sans problèmes les codes de la fable animalière qu'il accompagne avec un joli jeu d'encrage et de finesse rappelant lègérement le style des estampes. 

On se régale devant ce premier tome de Nekogahara qui fait vite oublier sa simple étiquette de manga de chat pour se recentrer plus efficacement sur un véritable manga de samourai. On s'amusera cependant des nombreux mix que le dessinateur réalise entre ces deux univers comme la symbolique de la clochette, le coup de la litière qui donne lieu à un passage très fatal et des plus sournois , la thématique du chat errant privé de son maître humain qui rappelle la figure du ronin privé de son seigneur. A travers ce titre de sabre et de griffes, le mangaka nous parle de chats perdus dans un monde bousculé par les hommes. Nous y retrouvons parfois une ambiance zen et réfléchi comme cette rencontre avec le chat-bonze , petite touche de sagesse au milieu de cette violence abrupt.

Dans les grandes lignes, malgré son rapprochement avec la fable féline, il faut bien avouer que Nekogahara ne surprend pas totalement. On suit le schéma classique d'un héros privé de son maître dont l'errance rappelera certaines ambiances déjà traitées comme dans Vagabond ou Lone wolf and cub. Cela dit, avec seulement cinq tomes de parus, cette série peut s'avérer être un bon petit plaisir pour les amateurs de sabre japonais porté par cette originale illustration féline.  

En bref

Nekogahara mérite amplement sa lecture. L'auteur de Shaman King combine à merveille les ingrédients du manga de samourai et de la fable animalière. Certes, il ne dépasse pas les codes mais il les imbrique avec brio dans un titre stylé , à la fois zen et féroce.

8
Positif

Une bonne appropriation du manga de samourai déchu et du chat touffu dans un titre féroce et posé à la fois

Quelques parallèles dans l'univers félin qui sont traités avec humour et drame

Un style affirmé qui a de la gueule de chat

Negatif

L'intrigue de ce premier tome rejoint de manière un peu trop classique les histoires du samourai errant.

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (406)
Boutique en ligne
4,49€
Boutique en ligne
4,49€
Boutique en ligne
4,49€
Boutique en ligne
4,49€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)