7

Critique de Aristote

par vedge le mar. 11 oct. 2022 Staff

Rédiger une critique
Réapprendre la médiété

Cette BD nous convie à découvrir la vie et la doctrine d’Aristote au travers de cours de l’école péripatéticienne (où des promeneurs au sens étymologique) où elle est enseignée par Théophraste, collaborateur, ami, et juste avant la mort d’Aristote, nommé par lui directeur du Lycée, cette école donc.

Aristote, macédonien, arrive jeune à Athènes pour étudier à l’académie fondée par Platon. Il est considéré à Athènes comme un métèque, un étranger résident dans la ville, mais ne bénéficiant pas des droits de citoyen.

Les auteurs, au travers de leçons dispensées aux élèves, nous amènent à la suite d’Aristote dans sa recherche philosophique d’explication des phénomènes ou événements, entre cause matérielle et finalité, entre essence et accidents. Aristote, par la multiplicité de ses lectures, les notes qu’il ne prend, synthétise plusieurs courants de pensées, catégorie les êtres, les choses, le monde, pour mieux les comprendre et les expliquer. Sa soif d’apprendre est inextinguible comme l’est celle d’enseigner, de partager et de chalenger sa vision.

Certes, l’ouvrage est un peu ardu parfois, et il faut prendre le temps de le parcourir, pour ma part par petites étapes, laissant le corps et l’esprit digérer une idée ou une proposition, avant d’envisager la suivant.

Aristote défend que, si nous n’avons pas besoin de la philosophie pour vivre, elle nous est nécessaire pour vivre mieux. Cette BD est à lire et relire, car elle est globalement facile d’accès, même si les théories du philosophe peuvent parfois être complexes à intégrer.

Aristote prouve que la philosophie, comme son sens étymologique le dit, c’est aimer la sagesse. Relisons cette BD et disons avec lui « Pour l’heure je n’ai pas d’avis car je n’ai pas le savoir. Quand je l’aurais, je vous répondrais ». Une phrase dont devraient plus souvent s’inspirer nos hommes politiques.

Deux auteurs grecs ont relevé la gageure, à travers cette BD, de rendre Aristote et ses contemporains, vivant et accessibles, si on s’en donne la peine. Il nous convient, à la suite du philosophe, à guider notre intelligence vers une pensée plus juste et vertueuse ; Car la vertu évite les deux extrêmes, le manque et l’excès (médiété).

En bref

Deux auteurs grecs ont relevé la gageure, à travers cette BD, de rendre Aristote et ses contemporains, vivant et accessibles, si on s’en donne la peine. Il nous convient, à la suite du philosophe, à guider notre intelligence vers une pensée plus juste et vertueuse ; Car la vertu évite les deux extrêmes, le manque et l’excès (médiété).

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2702)
Boutique en ligne
25,50€
Boutique en ligne
25,50€
Boutique en ligne
25,50€
Boutique en ligne
25,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)