6

Critique de Burn Baby Burn

par ginevra le sam. 26 nov. 2022 Staff

Rédiger une critique
Un livre ardu autant dans son scénario que dans ses dessins

L'album fait se succéder 2 périodes pendant lesquelles des émeutes ont lieu à Los Angeles : août 1965 et avril 1992. Pendant ces périodes difficiles, 3 générations de policiers sont au cœur de l'histoire : grand-père, père et fille. En 1965, un mystérieux tueur s'attaque aux couples interraciaux et aux prostitués sur fond d'incendies provoqués par les émeutiers. En 1992, certains incendies et meurtres semblent liés aux évènements de 1965.

Lorenzo Palloni a écrit un scénario impressionnant et crédible avec des policiers brutaux et racistes en 1965 qui se croyaient au-dessus des lois et se couvraient les uns les autres… dont le grand-père Bonnano : sale type raciste, violent avec sa femme, son fils et les émeutiers. Il y a heureusement les personnages de la fille qui croit encore en sa mission de policière et, partiellement, le père qui oscille entre les 2 périodes entre silence vis-à-vis des actes de son père en 1965 et tentative de rachat en 1992. L'auteur a visiblement bien étudié les 2 périodes d'émeutes côté historique si j'en crois mes propres recherches sur le sujet. "Burn, Baby, Burn" était un slogan repris par les émeutiers de 1965.

Côté graphismes, Il a choisi de travailler avec deux bichromies à base de bleu pour 1965 et d'orange pour 1992. Chaque personnage est présenté dans une page incluse dans l'action dans l'époque qui le concerne plus directement. Les personnages sont expressifs, les décors clairs et les scènes d'action très dynamiques. Le choix d'avoir des fonds de pages noirs renforce le sentiment de noirceur et dureté de l'histoire dessinée.

Malgré toutes ces qualités, je reconnais n'avoir pas vraiment accroché à cet album très dense et un peu difficile à manipuler du fait de son format à l'italienne. La succession des 2 périodes est un peu difficile à suivre malgré les couleurs différentes. Il y a beaucoup (trop?) de personnages que j'avais parfois du mal à situer dans l'histoire sans faire de retour en arrière.

Le mystérieux tueur de 1965, adepte de l'Araignée des Eaux, est connu un peu avant la fin de l'album. Un nouveau passage en 1965 relate les faits qui rendront clairs les crimes de 1992… dont l'auteur sera révélé dans les dernières pages.

L'objet-livre proposé par Sarbacane est de très belle qualité : couverture solide, beau papier et bonne qualité d'impression.

Un album intéressant mais très exigeant du lectorat et que je conseille de lire à petites doses… quitte à prendre des notes pour se rappeler qui est vivant ou mort!

En bref

Un album dur au scénario complexe se déroulant sur 2 périodes d'émeutes à Los Angeles. Des graphismes très sombres en 2 bichromies différentes selon la période. Une histoire très violente mais crédible par rapport aux faits historiques. Une lecture exigeante et difficile que je conseille par épisodes plutôt que d'un bloc.

6
Positif

bichromies variables selon les périodes

personnages expressifs et crédibles

contexte historique réel

Negatif

un peu trop de personnages

histoire violente

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2400)
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)