8

Critique de Le labeur du diable #1

par damss le sam. 26 nov. 2022 Staff

Rédiger une critique
Attention au burn-out !

C’est un polar noir que nous offrent les auteurs. Nous sommes aux Etats-Unis, à Los Angeles, pour suivre un homme, Webster Fehler, qui traverse une grosse dépression. Pas d’amis, pas de famille, aucune reconnaissance au travail et un mépris des gens qui le croisent, tous ces éléments qui isolent et frustrent vont l’amener à vriller d’un coup. Ecoutant une voix au fond de sa tête, il va totalement changer de personnalité pour écouter ses pulsions. Il va tomber sur un sac abandonné contenant un badge de policier et une arme de service chargée. Sa part d’ombre va dès lors prendre le contrôle lui donnant un sentiment de tout puissance, une assurance qui va l’amener à dominer et prendre sa revanche sur le monde, mais à quel prix…


Dans cet album, les auteurs n’épargnent pas le lecteur, c’est sombre, gore et trash. On assiste à la transformation d’un homme que plus rien n’arrêtera à part la mort. Il va prendre sa revanche en tuant, humiliant, violant tous ceux qui jusqu’à présent le méprisaient. Il est intéressant de voir comme une simple étincelle, ici ce sac abandonné trouvé au fond d’une ruelle, peut créer un changement de personnalité et allumer un brasier qui n’attendait que ça. La voix dans sa tête, dessinée sous la forme d’une tête démoniaque apporte des échanges entre Webster et sa conscience, mais également des indices sur son devenir. On ne sait pas vraiment à la fin de cet album si cela reste une entité imaginaire issue de de l’inconscient du héros ou bien si c’est une réalité probable fantastique qui dicte ses orientations. Après avoir pris sa revanche au travail de bien des manières différentes, il commence à empiler les cadavres dans les quartiers et cela risque d’apporter quelques soucis par la suite. Pour le moment il n’est nullement inquiété et continue de suivre cette voie qu’il trace au fur et à mesure sans trop savoir ce qui pourra l’arrêter.


Ce scénario est bien écrit, bien ficelé. On sent que le scénariste sait où il va en faisant monter la pression crescendo jusqu’à ce que le protagoniste soit à point. Le rythme est bien dosé et les pages défilent vite malgré le coté dense de l’histoire. Le supplément en fin d’album rassure le lecteur puisque l’auteur explique toute la genèse de cette série. Un projet mûrement réfléchi, longuement travaillé qui mêle intelligemment la réalité du terrain à la fiction.


La patte graphique est plutôt classique pour un comic, on retrouve les traits caractéristiques aux bds américaines avec des visages expressifs, des décors bien détaillés mais également ce découpage nerveux qui donne du rythme à l’album. La colorisation est plutôt sombre et se marie parfaitement avec l’ambiance très noire de l’histoire avec des touches de rouge importantes. On retrouve des pleines pages qui permettent de mettre l’accent sur un évènement important, comme lorsque le héros souhaite se suicider ou au contraire quand il se transforme totalement pour prendre possession de son personnage… deux moments clés de l’album très bien rendues.


Ce premier album pose le cadre, décrit cet homme en pleine dépression qui attend que quelque chose vienne bouleverser son quotidien morne et humiliant dans lequel il évolue tel un fantôme. Le badge de policier et le pistolet trouvés par hasard vont être le début d’un nouvel homme. Il va prendre l’identité du flic et devenir une sorte de héros de l’ombre. Sa petite voix le poussant au crime, il va prendre de plus en plus de risques pour assouvir ses pulsions. C’est cette transformation qui donne de l’intérêt à l’album. Il est curieux de voir comment, une fois que la raison a cédé, l’homme peut se transformer en bête immorale pour répondre à ses instincts primaires. Ce premier tome montre l’ascension de Webster, tout ce qui l’a poussé à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Je pense que le prochain album nous permettra de voir comment il s’en sort et ce qui l’attend au bout du chemin. Une surprise gore et noire à souhait qui mélange savamment actions et psychologie pour offrir un thriller haletant et prenant.

En bref

Ce premier album pose le cadre, décrit cet homme en pleine dépression qui attend que quelque chose vienne bouleverser son quotidien morne et humiliant dans lequel il évolue tel un fantôme. Le badge de policier et le pistolet trouvés par hasard vont être le début d’un nouvel homme. Il va prendre l’identité du flic et devenir une sorte de héros de l’ombre. Sa petite voix le poussant au crime, il va prendre de plus en plus de risques pour assouvir ses pulsions. C’est cette transformation qui donne de l’intérêt à l’album. Il est curieux de voir comment, une fois que la raison a cédé, l’homme peut se transformer en bête immorale pour répondre à ses instincts primaires. Ce premier tome montre l’ascension de Webster, tout ce qui l’a poussé à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Je pense que le prochain album nous permettra de voir comment il s’en sort et ce qui l’attend au bout du chemin. Une surprise gore et noire à souhait qui mélange savamment actions et psychologie pour offrir un thriller haletant et prenant.

8
Positif

Une spirale infernale bien construite pour le protagoniste principal

Un thriller bien ficelé, gore et haletant

Un dossier en fin d'album expliquant la genèse de l'album

Negatif

damss Suivre damss Toutes ses critiques (1133)
Boutique en ligne
24,95€
Boutique en ligne
24,95€
Boutique en ligne
24,95€
Boutique en ligne
24,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)