As-tu jamais dansé avec le diable au clair de lune ?

Le Batman de Tim Burton gardera toujours une place particulière dans mon petit coeur de lecteur de comics et de passionné de cinéma. Parce que c'est le premier long métrage que j'ai été voir sur grand écran alors que j'allais sur mes quinze ans, parce que je me rappelle avoir été pris dans le tourbillon de la Batmania, me procurant tout ce que je pouvais me procurer avec mon argent de poche (alors que je ne lisais principalement que du Marvel). J'avais même acheté l'adaptation BD du film en kiosque à l'époque...mais je n'ai plus cette revue, contrairement à la novélisation que j'ai lue plusieurs fois.

Batman reste une oeuvre importante dans la longue histoire des super-héros au cinéma (Yann Graf revient sur son développement dans son excellente préface) mais même si j'en apprécie toujours certains éléments (comme je l'ai expliqué dans mon billet du ciné-club), il a du mal à supporter l'épreuve du temps et je lui préfère sa superbe suite, nettement plus inspirée. 

L'adaptation du scénario en bande dessinée a été confiée à un scénariste/responsable éditorial qui connaît très bien le personnage, Dennis O'Neil. La partie graphique est signée Jerry Ordway, scénariste, dessinateur et encreur le plus souvent associé aux héros de DC Comics puisqu'il fut notamment le dessinateur de All-Star Squadron et Adventures of Superman et le principal encreur du regretté George Pérez sur Crisis on Infinite Earths. Les planches d'Ordway sont d'ailleurs ma partie préférée de cet album de 64 pages, que l'on retrouve en double, en couleurs et en version crayonnés.

J'ai toujours beaucoup aimé le style de Jerry Ordway et la production accélérée de ce genre de titre pour coller au plus près à la sortie (les dessins ont été réalisés entre février et avril 1989) n'en a pas altéré les qualités. La reproduction fidèle des visages des acteurs leur donne juste des expressions parfois un brin figées mais à part cette légère réserve, le découpage est fluide, les cases sont riches en détails et l'atmosphère du long métrage est bien restituée. C'est du très bon Jerry Ordway...et c'est encore plus agréable en N&B...

Le format 64 pages fait que le scénariste doit procéder à des choix dans la narration et comme souvent le résultat est inégal. L'idée de la première page, avec cette pellicule qui se déroule, est très bien pensée. Le scénario condense les différentes étapes du film de Tim Burton, avec des passages efficaces mais aussi des ellipses un peu trop visibles qui ne rendent pas service à la dynamique entre les protagonistes. Ce Movie Special inclut également une ou deux scènes coupées, sans regrets puisqu'elles concernent l'ennuyeux reporter Knox campé par Robert Wuhl.




En bref

En plus de l'intégralité des crayonnés, les recherches et croquis de Jerry Ordway complètent la partie bonus en fin de volume.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1215)
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)