6

Critique de Hellfire messenger #1

par MassLunar le dim. 27 nov. 2022 Staff

Rédiger une critique
Entre flammes et flammeches

Flare, jeune apprenti exorciste, fut offert en sacrifice à la porte des Enfers afin de sauver le monde.

Mille ans plus tard, il revient de ces mêmes enfers après avoir appris à maîtriser le feu infernal pour découvrir un monde brutalement changé, passé sous la coupe d'une puissante organisation religieuse appelée l'Eglise Angélique constitué d'anges à la fois respectés et craints. En compagnie d'une princesse fugitive et de sa féroce (et obsédée ) garde du corps, Flare va découvrir ce nouveau monde et se confronter inévitablement à cette impitoyable menace ailée.

Petit shonen édité par le label Kazoku de chez Michel Lafon, l'unique ambition d'Hellfire Messenger semble être de proposer un héros capable de maîtriser les flammes de l'enfer dans de ravissantes scènes d'actions brûlantes à souhaits bourrés d'effets pyrothechniques. En dehors de ça, ce manga signé Satou au scénario et Morinari Miyagi au dessin ne propose pas grand chose de plus à se mettre sous la rétine à commencer par son personnage principal Flare qui manque singulièrement de charisme pour quelqu'un qui vient de passer un bon millénaire aux enfers. 

Le héros principal est un peu lisse et alors que son début de sacrifice peut promettre un héros peut-être plus tourmenté, l'intrigue finit par le conforter dans le registre du personnage bienveillant et dévoué qui a appris à supporter les flammes et même à les contrôler même si il doit encore suivre le cheminement progressif du héros shonen. Ce premier tome se révèle bien vite moins pimenté que prévu et ce même si il n'y avait pas forcément d'attente autour de ce titre. Nous sommes loin du féroce antihéros de Fire Punch. Certes, ce n'est pas le même registre ni le même public mais alors que les productions actuelles de shonen s'avèrent plus diversifiés et audacieuses en terme d'intrigue et d'émotions, c'est dommage de voir un titre qui n'a pas cette même prétention.

Le reste du casting n'est pas forcément mémorable avec notamment l'infattigable princesse douce et gentille à souhait. Sa garde du corps, par contre, se démarque davantage notamment à cause du style bien expressif de Miyagi qui la rend très comique à certains moments. Un humour plutôt bien dosée qui allège plus que nécessaire l'ambiance d'Hellfire Messenger

En soi, l'univers de fantasy est assez sympathique bien que toujours aussi classique. On regrettera cette absence de réelle évolution dans ce monde après les mille ans passés en enfer pour notre héros mais on notera la présence d'antagonistes prometteurs par le biais de ces anges dont l'aura de lumière n'éclipse pas la menace. Ainsi, on pourra espère un affrontement décalé et désacrifié entre le messager des enfers et ces anges véritablement malfaisants. 

Ce premier tome s'achève donc sur un combat prometteur. La progression du scénario est un peu avare en surprise mais on peut s'attendre à ce qu'Hellfire Messenger promette un minimum de divertissement malgré son gros manque de piments. 

En bref

Un début de série qui équivaut à une petite flammèche dont on attend la brûlure. Sans pour autant être un pétard mouillé, Hellfire Messenger est un shonen classique emmené par un héros assez lisse et convenue ce qui est d'autant plus dommage par rapport à ce qu'il a vécu. Les combats flamboyants et la garde du corps furibard relève un petit peu le niveau. Voyons si ce titre parvient à s'embraser par la suite....

6
Positif

Des effets "pyrotchniques" sympathiques

La menace des anges, petit aperçu d'antagonistes interessants

Les échanges réussis entre les personnages , notamment avec la garde du corps obsédée qui concentre à elle seule l'humour du manga

Negatif

Un début d'intrigue sous-exploitée avec un héros loin d'être flamboyant malgré ses mille ans d'Enfer

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (423)
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)