7

Critique de Une saison à l'ONU

par Korail le ven. 16 déc. 2022 Staff

Rédiger une critique
Voyage au centre de la diplomatie mondiale

Karim Lebhour a été correspondant à l’ONU de 2010 à 2014. De cette expérience, il a tiré cette « Saison à l’ONU ». Il a réussi brillamment à éviter tous les écueils qui s’offraient à lui : cela aurait pu être assommant, ou moqueur, ou froid et exagérément pédagogique. Mais Karim Lebhour manie l’art de l’anecdote et de la présentation plus sérieuse, avec, ce que j’apprécie, une bonne dose d’autodérision. On a, de fait, un ouvrage avec un bon dosage entre autobiographie et connaissance du fonctionnement des institutions de l’ONU. Par exemple, on comprend mieux l’idée pacifiste de départ, les blocages inhérents aux deux camps interventionnistes et souverainistes et à leurs appuis théoriques respectifs. On comprend aussi l’incidence de ces deux camps sur le traitement de certains conflits, notamment en Syrie et surtout les énormes problématiques liées au droit de veto. Mais il y a aussi des moments très drôles, celui du discours du ministre indien qui lit le discours de son homologue portugais est marquant ! Celui sur la journée des toilettes également. On rit aussi des prises de têtes inhérentes à la construction d’un discours qui ne mette surtout pas le feu aux poudres et à la conclusion « mieux vaut s’en tenir aux formules toutes faites qui ne fâchent personne ».

Côté dessins, j’ai bien aimé le trait d’Aude Massot qui m’a fait penser un peu au style de « Où est Charlie ?» (Peut-être juste parce que Karim Lebhour ressemble à Charlie sans son bonnet?) J’ai bien aimé aussi ses petits cours en image comme « La galaxie ONU » ou « Petit cour de résolution de conflit ».

Deux bémols pour cette BD selon moi. Le premier, pas très grave, c’est le traitement plutôt cliché de New York. J’aimerais bien qu’une fois, quelqu’un parle de New York sans dire qu’on a l’impression d’être dans un décor de cinéma, il doit bien y avoir autre chose à en dire, non ?

Le deuxième, qui m’a plus gênée, c’est la colorisation que j’ai trouvé très pauvre, noir, blanc et un bleu même pas joli. C’est dommage parce que ça gâche un peu l’ensemble : c’est bien écrit, bien dessiné mais cette couleur, c’est vraiment lassant.

En bref

Une saison à l’ONU, c’est un bon dosage entre autobiographie, humour et connaissance du fonctionnement des institutions de l’ONU. Karim Lebhour manie l’art de l’anecdote et de la présentation plus sérieuse, avec une bonne dose d’autodérision. Je recommande cet ouvrage pour celles et ceux qui veulent découvrir le fonctionnement des Nations Unies de manière décontractée.

7
Positif

connaissance des rouages de cette institutions

humour

bon dosage entre humour et pédagogie

Negatif

colorisation

Korail Suivre Korail Toutes ses critiques (62)
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)