6

Critique de Durango - La jeunesse #1

par vedge le mar. 6 déc. 2022 Staff

Rédiger une critique
Le premier tué

Il y avait « la jeunesse de Blueberry », il y a désormais Durango, la jeunesse.

Je suis toujours dubitatif concernant ce type d’initiative. Un bon point, ici, le créateur de la série, Yves Swolfs est le scénariste de cette préquelle. On y découvre, à peine pour être clair, le jeune John Lane, si tel est vraiment son nom, futur Durango, visiblement.

Il s’agit d’un jeune garçon qui a tout l’air d’un cowboy et qui manie le révolver avec précision, pour la chasse aux animaux, pour se nourrir donc. Il se retrouve par hasard sur la scène d’une tuerie comise par un professionnel, dont il sort miraculeusement indemne. Embauché par le patron des cowboys morts, il plonge au cœur d’un complot dont le pétrole et l’argent qui en découle sont les moteurs. Ce complot, savamment orchestré, attise volontairement une guerre de propriétaires terriens éleveurs de bétail, durant laquelle le jeune John tue un homme pour la première fois.

Dessin, ambiance et histoire sont bien dans la lignée de la série mère. L’Ouest rude, les vieux comptes à régler entre gris, indiens et bleus. Vient s’ajouter ici l’aspect financier, pour faire vivre un ranch du seul élevage, et l’argent facile que peut procurer un gisement de pétrole.

Un premier tome qui pose les bases et le contexte du récit, qui devrait évoluer et prendre l’ampleur, on suppose, par la suite.

La série présente le jeune homme que fut Durango dans une histoire qui mêle querelle de voisinage et appât de l’or noir.

En bref

La série présente le jeune homme que fut Durango dans une histoire qui mêle querelle de voisinage et appât de l’or noir.

6
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2702)
Autres critiques de Durango - La jeunesse
Boutique en ligne
12,00€
Boutique en ligne
12,00€
Boutique en ligne
12,00€
Boutique en ligne
12,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)