8

Critique de NeoForest #1

par vedge le jeu. 2 févr. 2023 Staff

Rédiger une critique
L’ennemi forêt

Du pain et des jeux. Depuis toute éternité, les êtres humains ont été commandés et exploités par des dirigeants qui s’assuraient leur coopération docile par du pain et des jeux. Dans ce nouveau diptyque post apocalyptique, c’est exactement ce que propose Fred Duval. La nourriture est assurée par des produits génétiquement modifiés ? Le pouvoir néo féodal est entre les mains de peu de gens, possédant la terre, les ressources de production d’énergie et d’eau, donc la nourriture, et les êtres humains sur leurs territoires. Ces derniers sont des cerfs inféodés, marqués comme la propriété de leur maître, de leur naissance à leur mort. Le maître, en l’occurrence, pour le royaume qui concerne la série, le Comte Corto, voit sa vie prolongée par la médecine régénératrice.

Une vie quasi éternelle, qu’il remet en question, pour lui donner de l’intérêt certainement, dans des joutes cyclistes, où l’accident et la mort restent possibles. Du pain et des jeux donc.

Par suite d’une blessure en tournoi, le Comte doit rentrer en régénération en s’isolant dans un caisson durant trois semaines. Un intérim de gouvernance est donc nécessaire, qu’il pense confier à sa fille. Celle-ci, rebelle et indépendante, a choisi de se faire un séjour détox non connectée, dans la frange du royaume, vers la grande forêt inquiétante et sauvage.

Tous les éléments sont réunis pour un récit fantastique où guerre de pouvoir et dérives sociétales font monter le risque de crise pour le royaume.

Au dessin, Philippe Scoffoni propose un univers coloré dans les tons de vert et de brun ; La forêt oscille entre apaisement du végétal et inquiétude d’une croissance et d’une ambiance défensive hostiles envers les humains.

Cette nouvelle série s’annonce donc très bien, tant au dessin qu’au scénario et l’on a déjà hâte de lire la suite.

Au travers d’un récit postapocalyptique de science-fiction, les auteurs montrent où mènent les dérives consuméristes et mortifères de l’humanité, qui n’apprend rien, hier, aujourd’hui et demain, de ses erreurs passées.

En bref

Au travers d’un récit postapocalyptique de science-fiction, les auteurs montrent où mènent les dérives consuméristes et mortifères de l’humanité, qui n’apprend rien, hier, aujourd’hui et demain, de ses erreurs passées.

8
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2698)
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)