9

Critique de La femme à l'étoile

par vedge le lun. 27 mars 2023 Staff

Rédiger une critique
Snow Western

Je referme à peine cette BD, longue, dense, prenante et surprenante, proche d’un roman graphique. Quel choc. Graphique tout d’abord. Des teintes duochromes, un vert bleu pour la majorité du récit, un rouge brun de souffre pour les réminiscences de souffrance. Le trait assuré, un peu brut parfois, vous saisit. Il sert la violence et la folie des hommes et s’adoucit parfois sur le visage ou le corps d’une femme. Il se cache enfin, durant quelques planches, pour se faire esquisse dans le brouillard de neige. Car la neige joue un grand rôle dans ce Western lugubre, volontairement féministe.

L’auteur s’essaie avec succès à de nouvelles techniques, avec des lavis à l’acrylique en couleur directe pour donner plus de vie et de sensualité au récit.

Le récit justement. Un homme fuit un meurtre qui nous est dévoilé au cours du récit. Il part se cacher dans un village abandonné au fond d’une vallée difficilement accessible. Quand il y arrive enfin, une femme l’a précédé, qui est, elle aussi, en fuite, après avoir commis un meurtre. Deux êtres isolés, solitaires, meurtriers de circonstance, ne pouvant plus supporter une situation où l’homme domine, opprime et violente la femme.

Deux êtres qui se cherchent, se tournent autour, se rapprochent s’entraident et finissent par s’aimer et espérer des lendemains. Mais avant que le printemps n’apporte un éventuel renouveau, à la nature comme à leur destinée, ils devront se battre, en puisant dans leurs dernières forces, car la justice les rattrape et elle est intraitable.

Le récit est poignant, puissant, chaque personnage porte en lui ses blessures, entre folie religieuse, sens du devoir, culpabilité et amour aussi. La nature sauvage s’invite dans l’histoire qu’elle fait basculer à deux reprises.

L’auteur revisite le western en gardant les codes du récit, tout en modifiant le fond avec le personnage féminin principal et la forme en remplaçant les plaines verdoyantes ou les déserts poussiéreux par la blancheur de la neige. Tout est donc magnifié par la blancheur de la neige pour un western en vert et blanc.

Anthony Pastor nous offre une nouvelle facette de son talent de conteur et de féministe, en essayant de nouvelles techniques de dessin en couleurs directes et lavis pour un Snow Western intense réussi en tous points.

En bref

Anthony Pastor nous offre une nouvelle facette de son talent de conteur et de féministe, en essayant de nouvelles techniques de dessin en couleurs directes et lavis pour un Snow Western intense réussi en tous points.

9
Positif

Superbes dessins et colorisation

Histoire dense sur un scénario bien tenu

Negatif

vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2712)
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)