7

Critique de Avengers #9

par Le Doc le mer. 5 avril 2023 Staff

Rédiger une critique
L'Assaut d'Arsenal !

Le neuvième numéro annuel de la série Avengers est la suite directe de Iron Man #114, un épisode écrit par le même scénariste que celui de cet épisode spécial, Bill Mantlo. Je n'ai pas lu ce Iron Man (n'ayant pas le Strange correspondant), ce qui n'est guère gênant tant la narration de l'époque n'était pas avare en récapitulatifs. Le lecteur qui n'avait pas suivi (comme moi) ce qui avait précédé apprend donc que les Vengeurs viennent de combattre une mystérieuse entité mécanique apparue dans les sous-sols de la demeure des héros. 

La dernière case de Iron Man #114 annonçait que ce robot du nom de Arsenal allait revenir dans un futur épisode des Avengers. Mais finalement, Bill Mantlo a eu l'opportunité de terminer son histoire dans cet annual (et vu sa construction, il est possible que ce final ait été prévu à l'origine en deux parties). L'Assaut d'Arsenal (titre employé par Arédit) démarre donc par une discussion un brin tendue : les Avengers étaient alors en pleine restructuration forcée par l'agent du gouvernement Henry Peter Gyrich, ce qui explique le fichu caractère de Hawkeye, écarté de l'équipe (même s'il s'incruste un peu), toujours sur le point d'exploser, ce qui le rend terriblement ennuyeux. 

Les Avengers mènent ensuite l'enquête et apprennent la vérité sur les origines de Arsenal, dernier spécimen d'un programme remontant à la Deuxième Guerre Mondiale et dirigé par le père de Tony Stark...un agent dormant similaire aux Sleepers du Crane Rouge et qui ne devait être activé que dans l'éventualité de la défaite des Alliés. L'affrontement est musclé et devient encore plus personnel pour Iron Man lorsqu'il découvre que le programme informatique qui guide les actions de Arsenal a été forgé à partir des schémas cérébraux de sa mère Maria (oui, c'est un nom assez commun chez les mamans des super-héros). 

Bien ficelé, cet annual permet de retrouver l'un des rares travaux Marvel de Don Newton, dessinateur doué parti bien trop tôt et principalement connu pour ses nombreux Batman chez la Distinguée Concurrence. L'encrage est tout de même inégal, je préfère la deuxième moitié embellie par Joe Rubinstein à celle encrée par le fade Jack Abel.

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1498)
Autres critiques de Avengers
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Boutique en ligne
36,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)