8

Critique de Le rayon U #2

par vedge le mar. 13 juin 2023 Staff

Rédiger une critique
Science sans conscience n'est que ruine de l'âme

Avant d’aborder la suite, je me suis tout d’abord replongé dans « Le rayon U » avec un préface excellente de Greg. En le replaçant dans son contexte, d’il y a quatre-vingts ans, on ne peut qu’admirer le travail professionnel et artistique réalisé par E.P. Jacobs. A une période, la seconde guerre mondiale, où la BD n’était pas un art, même mineur, où il faut remplacer rapidement, en privilégiant la facilité, les Flash Gordon qui n’arrivent plus en Europe, Jacobs choisit de construire un récit plein de rebondissements qui, malgré quelques outrances et facilités de jeunesse, reste marquant. Tellement que, passée la nostalgie un peu condescendante d’un lecteur contemporain, blasé d’avoir exploré tellement de BD de SF depuis plus de quarante ans, on se dit : chapeau l’artiste. Poursuivre cette œuvre était donc une immense gageure relevée avec brio par les auteurs.

En effet, si la qualité du dessin a évolué, que le format plus grand de l’ouvrage permet d’aérer le récit et en facilité la lecture, les auteurs ont respecté l’esprit et la lettre du récit précédent. Monstres préhistoriques, méchant increvable, empereur ignoble et héros sans peur et sans reproches, happy end, tout y est ; Jusqu’à la vision archaïque d’une société où un serviteur est un être inférieur, crédule et ignare. Cependant, là où les femmes, assistante ou princesse, avaient un rôle de potiche ou de faire-valoir dans « le rayon U », elles prennent le pouvoir sur les hommes et leur destinée en main dans cet opus. Juste évolution des mentalités plus en rapport avec notre société.

L’histoire se poursuit autour de l’utilisation d’un minerai présent seulement sur les îles noires, archipel surmonté d’un volcan, sous lequel se trouve un royaume souterrain gouverné avec justice par un Prince. Une guerre pour s’approprier ce minerai pour en faire une arme de destruction massive (la flèche ardente issue du rayon U) a lieu entre deux royaumes. Explorateur, espions, savant, militaires, tout une galerie de personnages s’affrontent pour faire triompher leur cause.

Bien sûr on pourrait dire que la forme et le fond sont un peu datés, quand bien même. Voilà une madeleine de Proust actualisée, qui sent bon l’enfance et les premiers émois de lecteur intrigué, apeuré parfois, pas encore submergé par les images des plateformes et des réseaux, et qui donnaient grâce à ces ouvrages, libre cours à leur imagination.

Couleurs, traits, scénario et découpage rendent hommage au maître, en actualisant les graphismes et le propos sans perdre le fil.

Quatre-vingts ans après « le rayon U », cette BD est la digne suite de l’œuvre originale d’E.P Jacobs, dans la continuité et l’excellence. Bravo aux auteurs d’avoir su relever le défi.

En bref

Quatre-vingts ans après « le rayon U », cette BD est la digne suite de l’œuvre originale d’E.P Jacobs, dans la continuité et l’excellence. Bravo aux auteurs d’avoir su relever le défi.

8
Positif

Respect de l'œuvre d'E.P Jacobs

Negatif

vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2703)
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Boutique en ligne
16,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)