7

Critique de Night Of The Ghoul

par Le Doc le mar. 11 juil. 2023 Staff

Rédiger une critique
La Nuit de la Goule

À travers les comics de son label Best Jackett Press, dont les titres sont d'abord publiés en numérique sur ComiXology avant de rejoindre le catalogue de l'éditeur Dark Horse, le scénariste Scott Snyder s'essaye à différents types de récits et La Nuit de la Goule (un projet de longue date puisqu'il en discutait déjà avec son dessinateur en 2015) est l'expression de sa passion pour les films d'horreur classiques. Son partenaire idéal pour ce projet était donc bien Francesco Francavilla, un autre amoureux du cinéma et de la littérature horrifique, dont le travail tourne en grande partie autour de ce genre qu'il aime tant et même lorsqu'il dessine des séries jeunesses Star Wars (Les Contes du Château de Vador). 

J'avoue que j'ai une petite préférence pour les talents d'illustrateur de Francesco Francavilla, notamment lorsqu'il imagine de nouvelles affiches très inspirées pour des sociétés comme Mondo et des jaquettes de DVD/Blu-Ray et de CD pour différents éditeurs. Lorsqu'il s'occupe de pages intérieurs, le niveau de détails n'est pas toujours le même et les expressions de ses personnages sont parfois un peu trop figées, ce qui est encore le cas dans La Nuit de la Goule. Mais malgré ces réserves, Francavilla reste un très bon créateur d'atmosphère, ce qui s'exprime notamment par sa palette de couleurs, et ses designs de monstres sont réussis.  

La Nuit de la Goule reprend le thème du film maudit et les efforts d'un cinéphile acharné dans sa quête d'un long métrage inachevé entré dans la légende. Forest Inman, un employé qui numérise des vieilles pelloches pour un studio de cinéma, a retrouvé les dernières traces de La Nuit de la Goule, une production qui aurait pu devenir le plus grand film d'horreur de tous les temps mais dont le tournage a été interrompu par un incendie. Il n'en reste plus que quelques bobines abîmées qu'Inman a visionnées. Le fan a réussi à remonter la trace du réalisateur T.F. Merrit, horriblement défiguré durant l'accident, jusque dans un hospice reculé. Accompagné par son fils, Inman veut savoir toute la vérité sur La Nuit de la Goule...et ils en apprendront plus qu'ils ne l'auraient voulu. Car la Goule n'est pas qu'un monstre de fiction...

La mythologie autour de la créature est l'un des éléments les plus intéressants de l'histoire. Les premiers chapitres entretiennent bien le suspense, en faisant s'alterner l'action se déroulant dans le présent et des passages du film en N&B en partie brûlé, ce qui s'exprime par des ellipses et la représentation graphique de bouts de pellicules abîmées. C'est bien fait, souvent efficace et l'étrangeté de certaines scènes ajoute encore plus de couches au mystère en brouillant les pistes, surtout quand la fiction sur pellicule commence à s'effacer devant la réalité de ce qui s'est passé...

Qualités mises à part, La Nuit de la Goule n'est pas sans quelques longueurs. Raconté sur six chapitres, le récit est un poil trop long pour son propre bien et aurait bénéficié d'un rythme un peu mieux maîtrisé. Le dernier plan est aussi très classique, presque un moment incontournable pour ce genre de scénario qui laisse planer l'incertitude sur le devenir de l'un des personnages principaux. Ces petits défauts n'ont pas empêché cette nouvelle collaboration entre Scott Snyder et Francesco Francavilla de déboucher sur un bon comic-book d'horreur, aux références bien digérées (la scène d'ouverture de La Nuit de la Goule rappelle par exemple celle du Frankenstein de James Whale).

En bref

Le volume se referme sur une galerie d'illustrations, avec toutes les couvertures régulières et alternatives.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1648)
Boutique en ligne
18,50€
Boutique en ligne
18,50€
Boutique en ligne
18,50€
Boutique en ligne
18,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)