7

Critique de Carletti #1

par vedge le sam. 12 août 2023 Staff

Rédiger une critique
Commerce autour du monde

Giorgio Albertini, l’auteur, est historien et archéologue. C’est dans ce cadre professionnel qu’il réalise un travail historique de restitution graphique qui l’amène, en plus de son amour de la BD, vers ce médium de communication et de partage de l’histoire au travers de deux albums d’Alix et de cette BD.

A partir du récit de Francesco Carletti, basé sur quatre manuscrits laissé par lui et paru en 1701, après sa mort, l’auteur nous propose une biographie romancée sur le voyage de Carletti autour du monde. Ce dernier le fait d’abord dans un but commercial, puis, semble-t-il ensuite, par le goût qu’il a pris au voyage et à la découverte des civilisations et de des cultures, toujours avec étonnement et émerveillement pour tout ce qu’il découvre.

Le trait de l’auteur est fin et précis, détaillant bateaux, paysages, villes et décors avec le même souci de réalisme de l’historien, mais avec la sensibilité du romancier et du conteur qui veut nous faire partager l’amitié, par-delà le temps et la réalité, qu’il a nouer avec Carletti.

Le récit démarre par la fin, un combat naval au large de Saint Hélène, à l’issue duquel le voyageur sera fait prisonnier par les hollandais, alors en guerre politique et commerciale avec la couronne d’Espagne.

On plonge ensuite, au fil des pages, dans son périple autour du monde. On y apprend qu’à cette époque, seuls les Espagnols ont droit de commercer avec les indes, et c’est donc comme mandatai e de l’épouse espagnole d’une connaissance qu’il part aux iles du Cap Vert pour mettre en place, pour son père, avec qui il voyage, non sans certaines contraintes, un nouveau commerce. Il s’agit de celui des esclaves, qui sont alors une marchandise comme une autre. Carletti désapprouve cela, la manière dont ils sont traités, marqués au fer rouge, entassés dans les bateaux. Après un emprisonnement où il rencontre Cervantes, père et fils doivent remettre sur pieds leur « cargaison », mais la vente à perte de leurs esclaves et non la bonté d’âme du père, leur fait cesser ce commerce, dont le fils essaiera de se racheter par la suite en achetant des esclaves pour leur rendre leur liberté. Ils poursuivent alors leur voyage, achetant des tissus pour les vendre au retour, ce qui est un commerce dont ils ont l’habitude.

Carletti décrit toutes ces nouveautés, faune, flore, coutumes et gens avec force détails, et par ce biais, le lecteur se fait explorateur et participe de son émerveillement, tout au long d’un voyage mouvementé.

Dernier point, son relationnel avec les femmes ; Il n’est pas insensible et de loin à la beauté quelle que soit l’origine des femmes. On le sent géné par son désir, mais, tel un gentilhomme en avance sur son temps, il traite avec égard les femmes, d’égale à égal.

Un superbe carnet de voyage finement illustré, racontant l’un des premiers voyages commerciaux autour du monde d’un marchand italien et nous faisant partagé les découvertes et émerveillements de Carletti, explorateur d’un nouveau genre.

En bref

Un superbe carnet de voyage finement illustré, racontant l’un des premiers voyages commerciaux autour du monde d’un marchand italien et nous faisant partagé les découvertes et émerveillements de Carletti, explorateur d’un nouveau genre.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2703)
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)