7

Critique de Une aventure de Blake et Mortimer #2

par vedge le dim. 5 nov. 2023 Staff

Rédiger une critique
Le B&M de Floc’h

Quel est cet objet ? Même pas saisi, la question se pose. Un nouveau Blake & Mortimer ? Dans la lignée du créateur E.P Jacobs ? Non, le format, l’édition, tout semble différent sans être insultant.

Dès la couverture, sans suspens, avec les deux héros ayant en main un simple journal dont il faut lire le titre pour saisir la tension, la problématique de l’ouvrage.

Première planche : où est la mise en page structurée, petites cases, texte imposant ? Qui donc a l’outrecuidance de réinventer un mythe en imposant aux scénaristes sa propre vision ? Un maître, lui aussi : Floc’h. Ne vous attendez donc pas ç un copier / coller, « dans l’esprit et la forme de », de l’IA digérée de Jacobs. On est ici dans une création post-appropriation de l’auteur, donnant sa vision de ce qu’est une aventure de B&M. Aller à l’essentiel, du récit et de l’écriture, de la mise en scène. Car l’essentiel est intemporel et tout rajout fixe le récit en une époque et un système de pensées donné. Chez Floc’h tout est utile comme les pages de garde qui tracent l’itinéraire de nos héros dans New York et non Londres, pour montrer là encore sa différence.

Pas de mépris des grands noms de la BD mais sans flagornerie. On ne refait pas du Jacobs selon Floc’h, on se l’approprie avec discernement.

Alors ouvrez cette BD en vous disant que vous allez parcourir une BD de Floc’h. Une BD qui prend son temps, en 124 pages, pour construire la narration accessible à tous et en rien ampoulée. Blake doit faire une déclaration de paix au siège des Nations-Unies, à New York, accompagné, bien sûr,, de Mortimer. Dans le même temps, un homme barbu vandalise une stèle dans un musée en inscrivant une phrase bien connue des lecteurs de la série : « par Horus, demeure », que, bizarrement, nos deux héros ont du mal à reconnaître du premier coup avant qu’on ne le rase. Attrapé, interné, Olrik puisqu’il s’agit de lui, semble ne pas savoir qui il est. Il a quand même ces mots : « si je n’existe pas, alors à quoi servent Blake & Mortimer ? ». Car les héros de BD n’existent pas sans les méchants récurrents qu’ils combattent.

Plaine planche de visages en gros plan, texte allant à l’essentiel, des pages 49 et 50 qui montrent bien l’angle personnel e la narration du dessinateur, de même que l’image de l’œil lors de l’évasion montre le respect et la déférence au créateur de la série.

C’est donc un Blake & Mortimer tout personnel que nous propose Floc’h en bousculant les codes et transportant les deux héros dans son univers graphique et narratif. Etonnant et réussi.

En bref

C’est un Blake & Mortimer tout personnel que nous propose Floc’h en bousculant les codes et transportant les deux héros dans son univers graphique et narratif. Etonnant et réussi.

7
Positif

Une vision alternative sur la forme, un respect des codes sur le fond

Negatif

Déroutant ua premier abord

vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2702)
Autres critiques de Une aventure de Blake et Mortimer
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)