8

Critique de Superman - Red Son

par ginevra le sam. 10 févr. 2024 Staff

Rédiger une critique
Un Superman plus intéressant que l'original

Si le vaisseau spatial de Superman était tombé en Ukraine en 1938, comment le monde aurait-il évolué?

C'est sur cette idée simple que Mark Millar a imaginé les bouleversements dans l'équilibre mondial. Avec une expansion de l'URSS au monde entier sauf les États-Unis qui résistent encore et encore jusqu'à se désagréger à un moment… et revenir en force après. L'homme d'acier chez Staline semble une évidence puisque "Stal" veut dire acier! La majorité des personnages gravitant autour de Superman dans la version américaine apparaissent ici dans des rôles très différents. Loïs est toujours journaliste, mais elle est aussi l'épouse de Lex Luthor (toujours aussi génial). Jim Olsen est un politicien. On voir apparaître aussi un Batman russe, une Wonder Woman socialiste et un Hal Jordan (Green Lantern) manipulé par Lex Luthor. J'ai apprécié la fin très inattendue.

Les dessins de Dave Johnson et Kilian Plunkett accompagnés de la colorisation de Paul Mounts sont d'excellente facture. Par rapport aux albums de Superman classique que j'ai lu, j'ai trouvé le parallèle très intéressant. Je reconnais ne pas accrocher ave le personnage de Superman qui est trop parfait, trop fort, trop tout. Le "Red" Superman laisse apparaître plus de failles et est donc plus intéressant pour moi.

Une belle découverte que ce Superman parallèle plus intéressant à mes yeux que le modèle original.

En bref

Superman a atterri dans l'URSS de Staline. Quelle bonne surprise que cette variation du mythe de l'homme d'acier! Une belle découverte pour ceux qui, comme moi, trouvent le personnage original un peu trop parfait.

8
Positif

histoire originale et bien vue

graphismes classiques mais réussis

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (2694)
Autres critiques de Superman - Red Son
Boutique en ligne
12,61€
Boutique en ligne
12,61€
Boutique en ligne
12,61€
Boutique en ligne
12,61€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)