7

Critique de Les légendes Marvel #1

par Le Doc le jeu. 29 févr. 2024 Staff

Rédiger une critique
1970.

Après 12 numéros, la revue patrimoniale Les Trésors de Marvel s'est arrêtée pour reprendre dès le trimestre suivant sous un nouveau titre, Les Légendes Marvel. Si l'appellation change, le concept reste le même : explorer les archives de la Maison des Idées, en s'arrêtant sur une année différente à chaque numéro...et pour le lancement, c'est l'année 1970 qui a été choisie.

On commence par les #89 et 90 de Amazing Spider-Man et un événement très important dans la vie de Peter Parker et de son entourage, la mort du capitaine George Stacy (drame au coeur de l'excellent long métrage animé Spider-Man : Across the Spider-Verse). Ma seule légère réserve sur ces deux épisodes est que Stan Lee a un peu trop étiré son histoire et l'affrontement en deux temps entre l'Homme Araignée et le Docteur Octopus. Mais graphiquement, le duo formé par Gil Kane au scénario et John Romita Sr à l'encrage fonctionne parfaitement et l'intensité dramatique des dernières pages reste forte même en les connaissant par coeur. 

Alors que les aventures des X-Men (qui n'étaient pas encore Uncanny) s'apprêtaient à prendre fin pour être remplacées pendant plusieurs années par des rééditions, Roy Thomas a laissé la place à Dennis O'Neil sur le #65. Le jeune scénariste a reçu l'importante tâche de faire revenir le Professeur Xavier, alors présumé mort, et de le réunir avec ses élèves qui n'ont pas le temps de se remettre de leur surprise puisqu'ils doivent arrêter l'invasion extra-terrestre des Z'Nox. Ce qui aurait fait l'objet d'une mini-série en d'autres temps pouvait tenir en un seul épisode et de la phase d'entraînement au combat final, l'ensemble est concis, efficace, certes un peu grandiloquent dans ses dernières pages sans que cela soit bien gênant. Les dessins de Neal Adams sont excellents dans ce qui reste sa première collaboration avec Dennis O'Neil, qu'il retrouvera peu de temps après chez la Distinguée Concurrence. 

Silver Surfer #14 n'est pas vraiment le meilleur épisode de la série de Stan Lee et John Buscema...ce n'est pas mauvais mais le thème de l'incompréhension (notamment le malentendu qui oppose Norrin Radd et l'Araignée) commençait à être un peu trop répétitif. 1970 est l'année du départ de Jack Kirby de la série Fantastic Four après 102 numéros...et de Marvel par la même occasion. Avec Namor et Magneto en antagonistes, Fantastic Four #102 est un épisode assez faible, un arc narratif que Kirby n'a même pas terminé (les grandes heures du duo Stan Lee/Jack Kirby étaient passés depuis longtemps et le coeur n'y était visiblement plus depuis plusieurs mois).

Les #131 et 132 de Captain America par Stan Lee et Gene Colan reviennent sur l'une des douleurs profondes de Captain America, la disparition de Bucky Barnes. Le sujet a été traité de différentes façons au fil des années et le "retour" du jeune héros dans ces deux épisodes ne manque pas de rebondissements, entre l'action, les apparitions de super-vilains et un final un brin mélo mais qui touche juste. Et pour terminer ce sommaire, Panini a déterré une histoire courte inédite d'Hercule dont le retour sur Terre est perturbé par la colère de son paternel, aussi cyclothymique qu'Odin. Pauvrement dessiné (Frank Springer + Dick Ayers, ce n'est franchement pas une combinaison gagnante), ce petit récit ne constitue en fait que le prologue anecdotique de rencontres entre le fils de Zeus et une entité appelée le Chasseur qui poursuivra Hercule jusque chez Sub-Mariner et les Champions.

En bref

Next : 1985.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (1580)
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Boutique en ligne
8,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)