5

Critique de Dusk Maiden of Amnesia

par Wynn le dim. 12 juin 2016

Rédiger une critique
L’histoire se situe dans le collège Seikyo. Cet établissement est connu pour ses nombreux phénomènes paranormaux. Ici on suite l’histoire de Teiichi Niiya, jeune collégien de première année et de Yuko Kanoe, une jeune fille fantome qui est morte dans cette école. Un point important se situe dans le fait qu’apparemment seul Teiichi peut voir Yuko. Etant donné que l’établissement scolaire est réputé pour ses nombreuses histoires de fantôme, le manga tourne autour de ça : résoudre ses fameuses histoires et découvrir le passé de Yuko en résolvant « les sept mystères de l’école ». Ils fondent alors le club d’enquête sur les phénomènes étranges. Ils sont rejoints par Okonogi
Momoe et par Kirié Kanoe.

Les personnages :

Teiichi : collégien de première année, il est suivie constamment ou presque par le fantome de Yuko. Il est assez réservé et ne se fait pas remarqué. Quand le club est ouvert il devient un peu plus connu et les gens vont leur soumettre leur histoire de fantome. Cependant il est perspicace et réussi à élucider assez facilement les histoires de fantome. il est considéré comme un héros par Okonogi. Il est également très timide et pas très dégourdi coté sentiments.

Yuko : fantome d’une jeune fille de troisième année morte il y a soixante ans. Elle d’un naturel très enjoué et elle est très tactile comme fille, c’est-à-dire que tout les prétextes sont bons pour qu’elle se jette sur teiichi qui rougit comme une tomate à chaque fois. Elle ne se souvient plus de son passé, ni de comment elle est morte. Visiblement les clés de son passé se trouve dans les sept mystères de l’école.
Elle a également un petit coté jalouse, car il lui arrive quelques fois de bouder quand Teiichi se tourne vers ses autres camarades du club. Au fur et à mesure de l’histoire on apprendra pourquoi et comment elle a perdu la mémoire et comment elle doit la retrouver.

Okonogi : Jeune fille de première année, très volontaire et accro aux histoires de fantome. on la rencontre dans le début du manga quand elle vient demander de l’aide Teiichi suite à sa partie de cache cache démon. Elle est en admiration devant Teiichi puisqu’elle déclare elle-même que c’est son héros. Elle est prête à aider ses compagnons quoi qu’il arrive et culpabilise quand elle échoue. Okonogi est très expansif et c’est en gros ce trait de caractère qui donne un aspect comique au manga. C’est d’ailleurs elle qui rapporte le plus souvent les histoires de fantome au club puisqu’elle fait également partie du club de journalisme. De plus on voit qu’elle développe des sentiments pour Teiichi

Kirié : kirié arrive bien après dans le club et au début elle présenté comme un antagoniste puisqu’elle dit à Teiichi que Yuko est un démon car, ô surprise Kirié voit Yuko. Mais finalement elle se lie d’amitié avec notre héros et rejoint finalement le club. Son objectif étant le même le que le personnage principal : connaitre la vérité sur le passé de Yuko.
Concernant son caractère on peut affirmer que même si elle essaie de jouer au gros dur qui n’a peur de rien, elle est en fait une grosse trouillarde. Cependant elle a les mêmes capacités de résonnement que Teiichi se qui lui fait un point commun. De plus elle voit Yuko, seconde point commun, mais contrairement à Teiichi elle ne peut pas encadrer Yuko car elle la considère toujours comme un esprit malin et refuse de la toucher. Cependant cela s’arrange quand les deux protagonistes apprennent à mieux se connaitre.

Yukariko Kanoe : c’est la grand-mère de Kirié et la sœur de Yuko. C’est la directrice de l’école. Elle nous est présenter comme un antagoniste car, comme kirié au début elle ne voit que l’ombre de yuko, sa partie maléfique. D’ailleurs elle souhaite détruire l’ancien batiment pour mettre fin à l’histoire de yuko quand sa petite fille devient plus insitante au sujet de sa défunte sœur Yuko. Au final c’est elle qui révèle à sa petite fille le passé de yuko. Finalement on voit que ce personnage à beaucoup souffert de se qu’il s’est passé il y a 60 ans et qu’elle regrette encore.

Le dessin du manga:
Ca casse pas trois patte à un canard je trouve mais les plans sont très bien réaliser, l’auteur à réussi a nous retranscrire un certain malaise et une certaine angoisse dans ses planches. Il arrive également à bien retranscrire la psychologie des personnages. Se que je veux dire c’est que quand un perso à un pète au casque… ben on s’en rend compte tout de suite et en plus avec l’effet histoire de fantome en trame et bien ça rend le personnage super glauque, comme les deux filles dans le volume trois avec l’histoire du cerisier. De plus l’usage du noir au lieu de trame renforce l’effet, se qui fait qu’on est un peu mal à l’aise face à ce dessin. D’un autre coté il y a de très beau plan, notamment quand ils sont sur la colline derrière l’école ou se que j’appelle les plans émotionnel qui sont très beau comme par exemple lors de certain dénouement d’intrigue quand yuko se retrouve sur le toit. En plus, je constate que l’auteur devait vraiment apprécié dessiné Yuko car ses formes sont bien mises en avant, cela se voit sur les quatrième de couverture et sur certaines planches. Les autres personnages féminin comme Okonogi ou Kirié paraissent pâle à coté d’elle alors qu’Okonogi n’est pas sans forme loin de là. Contrairement à Kirié qui ressemble à un garçon manqué. Bref l’auteur arrive à faire passer de l’émotion que se soit de la peur ou du soulagement ou pour nous faire ressentir les liens d’amitié entre les personnages, ou l’ambiance glauque d’une situation.

Le manga :
C’est le manga scolaire par excellence et donc destiné au ado. On voit la volonté d’effrayer le lecteur avec l’ambiance glauque qui règne dans le collège et les nombreuses histoires de fantome qui y ont cour. Cet environnement est crédible avec le fait que l’école est plutot ancienne, 60 ans d’existance.
On voit également à quel point l’esprit de jeune ado est influençable, surtout quand on les plonge dans un climat de peur. On voit également que la faiblesse psychologique à un rôle à tenir dans les manifestations paranormales. Par exemple, la fille décrite dans le chapitre des classes ravagées. On remarque clairement et c’est bien souligné dans le manga que c’est parce qu’elle a fait un trait sur les évènements qu’elle ne sent souvient pas et que cette attitude involontaire vient de son subconscient afin de la protégé. Ainsi si on lui révèle la vérité elle risque d’en pâtir au point de ne pas s’en relevé. Se qui crée un parallèle avec Yuko et sa propre histoire.
Par ailleurs les histoires sur des fait anormaux sont bien raconté se qui fait qu’on est pris tout de suite dedans. Ceci est rendu possible grâce à l’atmosphère entourant l’école. C’est sur si on avait eu à la place une vision toute rose et toute mignonne l’effet aurait forcément capoté. De plus on entre tout de suite dans le vif du sujet, quand j’ai commencé le volume 1 j’ai trouvé ça un peu bizarre. En effet dans la majorité des mangas il y a une petite scène d’introduction qui met en place le perso principale. Mais pas là ! on commence directe par une atmosphère étouffante et on est un peut en pleine confusion car on ne comprend pas tout de suite se qui se passe, se n’est qu’avec les pages suivantes qu’on commence à capté un peu mieux le délire.
En plus on voit qu’il y a une vraie intrigue et que ça ne tient pas juste au fait de résoudre les sept mystères de l’école puisqu’on a l’apparition d’un personnage marquant : l’ombre de Yuko.En plus on a une petite relation naissante entre Yuko et Teiichi que je trouve mignonne car, il faut dire se qui est, Teiichi est un gros coincé en ce qui concerne les filles. Enfin le gros point que j’ai le plus apprécier c’est la révélation finale sur Yuko, qui nous montre l’état d’esprit que peuvent avoir les hommes quand ils sont confrontés à la mort en permanence et qu’ils ont peur pour leur vie. De plus on retrouve un état d’esprit propre à une période de l’histoire qui à nos yeux nous parait aberrant mais ça l’est également aux Yeux de Yuko qui se montre plutôt cartésienne quand elle était encore en vie.

Passons maintenant au truc qui me chagrine un peu : les attitudes des personnages !!! Franchement certaines réactions envoi en l’air toute la tension accumulé, au début on sourit gentiment, ça fait rire : comme par exemple au début la réaction de Yuko quand Teiichi découvre le cadavre de cette dernière. On s’attend à un déferlement de miasme démoniaque et de fureur incontrôlée mais non Yuko est simplement géné comme si Teiichi avait vu la culotte de Yuko sans le faire exprès.
Mais à la longue ça flingue l’atmosphère parce qu’au lieu de me faire peur, j’ai plutôt rigolé en lisant ce manga, surtout au début. C’est principalement la réaction d’Okonogi qui flingue le manga car elle trop exubérante, le personnage est trop exagéré. Mais au final on se rattrape avec Kirié puisqu’elle est plus sérieuse, plus mystérieuse devrais-je dire car elle a clairement un lien avec Yuko, par contre son coté trouillarde fait que j’ai envie de la flinguer par moment. Ça va que l’auteur ne fait pas ressortir ça à outrance.
Et surtout le truc qui m‘a le plus marqué c’est ça : comment peut-il y avoir eu autant de mort dans cette école sans qu’elle ne soit jamais fermé !! d’abord raison number 1 : le décès de Yuko il y a 60 ans. ensuite il y a les gens qui se sont jeté par une fenêtre, les suicidaires sous un arbre, les malédictions, les cache cache démoniaque qui peuvent entrainer la mort. Je sais que ces histoires sont classifié dans la rubrique rumeur mais merde quoi, l’école doit avoir un casier judiciaire long comme le bras ou alors c’est une école de dépressif et de déranger cérébral.
Enfin : il y a le fait qu’une grande partie des histoires sont là parce que Yuko en est à l’origine : le coup de la salle de garde et du monte charge en sont le parfait exemple. Se qui fait lien avec les réactions disproportionné d’Okonogi car souvent cela va de paire comme les deux exemples que j’ai cité précédemment.
Troisième raison : l’absence de réél personnage antagoniste. Au début on a l’impression qu’il n’y a pas de méchant, tout simplement. Du coup on s’attend à des histoires de fantomes enchainer les une à la suite des autres avec quelques éléments sur le passer de Yuko, du coup on peut potentiellement laché le manga pour voir ailleurs. Toutefois apparait en filigranne un méchant : l’ombre de Yuko. On ne connait pas trop ces motivations, elle fout clairement la trouille à tous le monde mais on ne la voit pas assez souvent se qui fait que j’ai pas l’impression que l’histoire avance vite. En fait, je trouve qu’il y a un ralentissement au niveau de l’histoire. Le début du manga nous apprend rapidement comment est morte yuko et après ça ralenti dès que son ombre entre scène. Bon par la suite apparait une fille, Yuko, vivante, je précise qui n’a rien à voir avec le personnage principale et qui est purement psychopathe. En fait elle a été martyriser par ses camarades de classe car elle a le même nom que le fantome de l’école, du coup elle se met à détester et vouloir éliminer tous ceux qui croient aux histoires de fantome et pour cela elle les manipule. L’idée est intéressante en soi mais dans du school-life je trouve que ça fait bizarre. La meuf devrait être à l’asile tellement elle parait cinglé. Mais là je rejoint le point précédent avec l’exagération et le fait que tous les élèves soit cinglé et que le bahut est en fait un asile d’élèves fous. Et bien sur ces conneries se retournent contre elle et ce sont les héros qui viennent lui sauver la mise, elle allait quand même se faire tuer, je précise que ce sont des collégiens donc quand on est dans l’action ça rentre nickel on se pose pas trop de question mais quand tu y réfléchis un minimum, je ne trouve pas ça crédible. Pour finir une fois la petite intrigue sur elle terminer on replonge dans la torpeur jusqu’à l’avènement de la situation finale et la résolution de l’intrigue principale avec l’ombre de Yuko et le mystérieux passé du fantome.

En bref : ce manga est tout de même plaisant à lire, il y a une intrigue qui se développe assez bien autour de Yuko, malgré un ralentissement dans le rythme du manga. Les dessins sont agréables et font bien ressortir l’aspect glauque des personnages et de l’école, je trouve cet aspect très réussi car plus on avance dans le manga plus le glauque l’emporte sur le fun. En plus même si on a envie découpé certain perso en rondelle, ils sont tout de même très attachants. Donc si vous avez envie de lire une petite histoire de fantome relativement bien ficelé, je vous conseille de lire ce manga.

En bref

5
Wynn Suivre Wynn Toutes ses critiques (61)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Dusk Maiden of Amnesia
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Laissez un commentaire