8

Critique de La caste des Méta-Barons

par DemiCercle le mer. 29 avril 2015

Rédiger une critique
Subjugué par l'Incal, extrêmement déçu par les jumeaux magiques, et mitigé pour les technopères ... Je ne savais plus trop bien sur quel pied danser avec Jodorowsky. Aussi j'ai donc acheté cette intégrale (à 38€ tout de même, bien moins cher que les tomes simples, mais tout de même) avec une certaine appréhension. Au final sans être aussi bon que l'Incal, encore inégalé pour l'instant, cette série est une bonne découverte, pas une surprise car je savais que cet auteur était capable de grandes chose ^^. Comme souvent dans les récits de Jodorowsky, cette série est marquée par l'ambition démesurée de son créateur. Non seulement l'univers (enfin, les univers sinon ce n'est pas drôle) de l'Incal est extrêmement vaste, mais ce simple récit consiste à nous raconter la vie de 4 générations des plus grands guerriers de la galaxie ... Ou de l'univers. Excusez du peu. A l'image des technopère qui racontait l'ascension "sociale" d'un fils de fromager (galactique s'il vous plait !), jodorowsky nous parle de la vie non pas d'une mais de 8 personnages hauts en couleurs, au travers de récits tous plus épiques et grandioses les uns-que-les-autres ! L'aboutissement de cet épopée étant bien sur l'Incal ^^. Cela dit la série n'est pas exempte de défaut, car encore une fois même si l'univers de SF/Space opéra est vaste ... La manière dont ces histoires épiques sont racontées laisse à désirer. C'est en effet un style qu'affectionne l'auteur, c'est en effet 2 personnages qui nous racontent chaque tome, de la même façon, avec les mêmes interruptions/gags de la part d'un des narrateurs les mêmes structures et cliffhanger ... Si bien que là encore cela devient assez lassant. Cela reste tout de même très supportable. Toujours dans le registre narratif, les personnages de jodorowsky sont souvent complexes, mais sont aussi de véritables girouettes, attendez vous donc à des coups de foudres en 3 cases, des choix cornéliens (entre la vie de sa mère ou de sa femme par exemple) fait en 3 dialogue etc. Toujours discret, on ne peux s'empêcher de tiquer quand un personnage se met à changer parfois du tout au tout de façon de penser ^^. Question dessin, on est aux antipodes du trait de Moebius, et donc de Janjetov (des technopères et d'avant l'incal, qui imite à sa sauce le style de Moebius). Ici il s'agit plus de peintures que de dessins, c'est d'ailleurs très plaisant à lire, on notera cependant des dessins au niveaux des visages parfois trop expressifs x) ... Sans forcément qu'il y ai de raisons ^^. Encore une fois rien de bien méchant. Enfin rien de bien méchant oui, mais au final tous ces défauts s'accumulent, et gênent la lecture, rendant certains passages absolument titanesques ... Trop rapide et minimisant donc leur impact :/ . Enfin cela empêche la série d'être un chef-d'oeuvre ... Mais ça ne l'empêche pas d'être une très bonne série de SF, une référence même diraient certains ... Et difficile de leur donner tord sur ce coup ^^. Si vous aimez jodorowsky, et la SF, ce titre devrait vous plaire ... Mais lisez tout de même l'Incal avant, matrice de tous ces univers parallèles ^^.

En bref

8
DemiCercle Suivre DemiCercle Toutes ses critiques (131)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La caste des Méta-Barons
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)