8

Critique de Superman

par DreamProphet le mer. 17 oct. 2012

Rédiger une critique
Revenir à la source. Voilà le programme de cette première série de nouveaux numéros d'Action Comics, mythique revue de DC Comics ayant connu les premiers pas de Superman. Revenir à la source du personnage, lorsqu'il n'était pas encore ce demi-dieu invulnérable, loué par Morrison lui-même dans sa JLA ou All-Star Superman. Revenir à ce bon samaritain préférant sauver la veuve et l'orphelin, plutôt que d'aller affronter de redoutables menaces cosmiques et/ou planétaires avec ses joyeux compagnons de la Justice League. Lorsqu'il apparaît dès les premières pages de cette relecture inspirée, Superman n'a pas encore son costume, tout juste porte-t-il sa cape et un t-shirt orné de son symbole. Et il n'est pas encore devenu cette figure inspiratrice, ce totem indestructible : apparu il y a seulement quelques semaines, il est craint et suspecté de servir d'avant-garde à une future invasion extraterrestre. Véritable punching-ball humanoïde, le jeune Superman décrit par Morrison et Rags Morales bondit, court et percute de gros engins, boule de démolition, tanks et autre métro aérien, dans un hommage réjouissant au personnage des débuts. Et même si le dessin de Morales connaît quelques ratés (sur les visages, notamment), le dynamisme amusé et le rythme foudroyant de ce premier épisode donne le ton avec une vigueur qui fait plaisir à lire. La suite sera sur la même lancée, tout en redonnant à Clark Kent sa place de couverture. Travaillant dans un journal concurrent du Daily Planet et s'acharnant à dénoncer la corruption gangrénant Metropolis (une idée proche du travail de Frank Miller sur Batman : Année Un), le jeune reporter se lie d'amitié avec Lois Lane et Jimmy Olsen, avant qu'un évènement imprévu ne le force à sortir son jean usée, ses vieilles chaussures et son t-shirt siglé. Liant une invasion de robots tueurs aux origines contrariées du héros (la destruction de Krypton et les agissements du Collecteur de monde), Morrison et Morales montrent comment la population et les autorités en viennent à laisser leur destinée entre les mains d'un « alien » qu'il ne comprenne pas. Se faisant les auteurs ressortent quelques anciens concepts liés au personnage, comme la mise en bouteille de Metropolis, la caractérisation étrange d'un Lex Luthor dopé aux boissons énergisantes, ou l'apparition d'un allié oublié, le bourrin Steel (qui bénéficie ici d'un double-mini-épisode assez sympathique). De sa tentative de sauver une ville disparue à la découverte de son costume complet, c'est une grande partie du spectre « superman » qui est ici mis en avant. Et si les combats n'étaient pas aussi brouillons et illisibles, le plaisir serait total. Passée cette longue introduction, Rags Morales laisse sa place au génial Andy Kubert, pour un double épisode qui voit Superman faire équipe avec la Légion des Supers-Héros pour sauver le moteur à kryptonite de la fusée ayant amenée le héros sur Terre. Réactualisant une équipe un peu oubliée, donnant la parole à cette fusée (ici narratrice) et anticipant sur de possibles aventures à venir pour l'Homme d'Acier, Morrison livre une histoire riche et mouvementée, magnifiée par les illustrations de Kubert, autrement plus à l'aise que Morales dans la description de combats dévastateurs et de concepts étranges comme seuls Morrison en a le secret. Les deux compères en profitent même pour revenir un peu sur l'enfance de Superman chez les Kent, sur les derniers instants de la planète Krypton, tout en implantant quelques indices pour la suite des évènements. Même si l'on est loin des travaux les plus complexes du scénariste, ce premier volume de Superman : Action Comics (publié sans le sous-titre par Urban Comics) reste du Morrison pur jus, toujours aussi bon à écrire sur ses personnages préférés tout en remettant au goût du jour des idées et concepts anciens. L'ajout en fin de volume de courtes histoires (écrites par Sholly Fisch et dessinées par Chriscross), revenant sur Jonathan et Martha Kent et la jeunesse de Clark, finit d'accentuer l'aspect relativement nostalgique du titre, en plus de proposer de nouvelles entrées dans l'univers de Superman. Du bon boulot, à l'image de ce run introductif de Grant Morrison, qui se conclura au prochain volume.

En bref

8
DreamProphet Suivre DreamProphet Toutes ses critiques (15)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Superman
6
Superman

Superman Staff

Lire la critique de Superman

7
Superman

Superman Staff

Lire la critique de Superman

Laissez un commentaire
Commentaires (0)