7

Critique de Hell's Kitchen

par Misya le ven. 23 août 2013 Staff

Rédiger une critique
La cuisine est habituellement un sujet plus traité dans le shojo que dans le shonen. Cela peut donc attirer l’attention et laisser supposer que cela donnera un peu de piquant au genre. De plus, il faut souligner la légitimité d’un des auteurs, Mitsuru Nishimura, sur ce sujet. En effet, ce dernier était cuisinier avant d’être mangaka, on peut donc lui faire confiance quant aux références techniques. Dès les premières pages du tome, on constate que le scénario est à double tranchant, soit le lecteur est sensible à la démarche d’éco-cuisine soit il n’adhère pas à l’idée et dans ce cas, l’histoire aura effectivement peu d’intérêt. Voici deux lectures possibles du manga : Satoru Moriya est un jeune collégien, sans aucune ambition et avec un profil banal au possible. Dogma, habitant des enfers, va s’intéresser à lui et le harceler pour qu’il devienne le meilleur cuisinier dans un but avoué : manger son âme... Le résumé ci-dessus est parfaitement classique et pourrait même rebuter pas mal de lecteurs en quête d’histoires un peu plus originales. D’un point de vue parfaitement scénaristique, il est totalement compréhensible que certains lecteurs soient peu intéressés par ce genre de scénario, épuisé et essoré. Il vaut mieux passer son chemin. Mais il y a une seconde lecture de ce tome, qui intègre des ingrédients farfelus et décalés : Dogma est également connu sous le nom «Compte Antigaspi», il se délecte des âmes de grand cuisinier et se lasse des ces «mets» qu’il trouve de plus en plus insipides. Il recherche une âme pure d’un cuisinier authentique qu’il décide de forger lui-même. C’est pour cela qu’il s’intéresse à un jeune homme qui s’ignore parfaitement. Mais comme son surnom l’indique, Dogma a une particularité, il déteste gaspiller et donnera une tout autre dimension à son apprentissage en inculquant les valeurs essentielles d’une cuisine saine et moderne au jeune homme. Finie la cuisine gastronomique lourde et ennuyeuse, place à l’assaisonnement des épluchures et à la revalorisation des déchets alimentaire, voilà un sujet atypique! N’oublions pas que l’on reste dans un shonen avec tous les codes habituels, et l’histoire se poursuivra donc en mélangeant à la fois, le traditionnel et cette idée pour le moins atypique! De plus les différentes confrontations qui vont avoir lieu sur le parcours initiatique du jeune homme risquent d’être fort intéressantes et apprendre encore quelques astuces et recette aux lecteurs. à une époque où le gaspillage fait horreur et une rééducation des masses s’impose, quelle excellente idée ont eu Mitsuru Nishimura et Gumi Amazi de traiter d’un sujet aussi intéressant. Les actions en faveur de ce mouvement se développent de plus en plus en France notamment, dans les émissions culinaires voire même dans des actions associatives ponctuelles, qui font découvrir cette nouvelle approche de la cuisine dans la rue. Pourquoi ne pas en parler dans un manga et faire connaître ce sujet aux jeunes?

En bref

7
Misya Suivre Misya Toutes ses critiques (53)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Hell's Kitchen
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)