7

Critique de Evil Eater #1

par Skeet le jeu. 10 avril 2014 Staff

Rédiger une critique
Si vous lisez des mangas depuis un certain temps, vous aurez remarqué l'intérêt que portent les mangakas à l'au-delà, la mort et les personnes qui font le lien, d'une manière ou d'une autre, entre le monde des morts et celui des vivants. Ces croyances donnent naissance à un nombre impressionnant de mangas et à la lecture du synopsis d'Evil Eater, le seul mot qui vient est "encore ?!".

Mais ne jugeons pas ce manga sur un simple synopsis. Evil Eater parle de morts qui reviennent à la vie mais avec une certaine originalité puisqu'il s'agit d'une sorte d'échange. En effet, pour qu'une personne puisse "revenir" (on l'appelera "Returner"), il faut en sacrifier une autre. Cet "échange compensatoire de la vie" fait partie d'une loi qui a été votée dans le but de limiter l'utilisation de la sorcellerie pour ramener les morts à la vie. De plus, cette loi ne concerne que les personnes décédées d'une mort violente et criminelle : la victime peut revenir suite à l'exécution du bourreau.

L'auteur ne se contente pas de nous parler de revenants comme dans beaucoup d'histoires mais il intègre ce concept dans un monde qui pourrait être le notre avec des lois qui régissent cette pratique. Au travers de ce fonctionnement, l'auteur nous parle de déontologie (les sacrifiés sont les criminels) et d'équilibre naturel (un revenant = un mort).
Cette vision des choses est en soi plutôt intéressante et offre une originalité certaine au récit.

Dans ce premier tome, Evil Eater nous propose plusieurs petites histoires qui sont en fait des missions que l'on confie aux agents Nagumo et Amagi. Nagumo détecte et expose le "bug" en entrant dans le subconscient du Returner et Amagi se charge de l'éliminer.
Le pouvoir extraordinaire d'Amagi nous donne l'occasion au dessinateur de nous en mettre plein les yeux même si on ne comprend pas vraiment ce qu'il se passe. C'est plutôt joli mais confus. Malgré cela, la part belle est faite aux sentiments des personnages, à leur vécu. Chaque cas est différent et le "bug" va exacerber des sentiments intimes du Returner jusqu'à la démence. On découvre donc à chaque fois le passé des personnages qui traînent tous des casseroles. Amagi qui est novice dans ce métier va avoir du mal à rester détachée face aux destins tragiques de certains.
Ceux qui cherchaient de l'action à outrance vont donc être déçus car l'intérêt de ce titre est ailleurs !

Au fur et à mesure qu'on avance dans le manga et qu'on assiste aux différentes missions qui ont été confiées aux agents Nagumo et Amagi, on commence à ressentir une certaine lassitude. Comme dans pas mal de série utilisant cette trame scénaristique, le risque est que de devenir rapidement répétitif...et c'est ce qu'on est en droit de penser d'Evil Eater au départ mais la fin du tome nous ouvre d'autres perspectives réjouissantes.
Car il faut bien avoir en tête une chose qui a son importance : Evil Eater ne possède que 3 tomes et ce format pourrait bien jouer en sa faveur. On peut même aller plus loin : le final de ce tome sauve carrément la mise et donne envie de poursuivre cette courte série.

Au premier abord, Evil Eater ne fait pas dans l'originalité avec son histoire de revenants mais arrive à tirer son épingle du jeu grâce à une approche intéressante. Malgré des scènes d'action confuses, le trait de KOJINO reste très agréable avec un design des personnages réussi et des visages expressifs. De plus, la fin du manga nous sort de la "routine" des missions et laisse présager une suite sombre et intéressante qui sauve littéralement ce premier tome. Sans ce final, l'appréciation finale aurait été bien en dessous...
A noter qu'en fin de manga, vous aurez droit à 3 pages de texte explicatives sur l'historique de la loi d'échange compensatoire de la vie. Ceci vous montrera quel rôle la magie a joué dans ce monde imaginaire mais très similaire au notre puisqu'on nous parle d'évènements historiques réels. Immersion garantie !

En bref

Au premier abord, Evil Eater ne fait pas dans l'originalité avec son histoire de revenants mais arrive à tirer son épingle du jeu grâce à une approche intéressante. Malgré des scènes d'action confuses, le trait de KOJINO reste très agréable avec un design des personnages réussi et des visages expressifs. De plus, la fin du manga nous sort de la "routine" des missions et laisse présager une suite sombre et intéressante qui sauve littéralement ce premier tome. Sans ce final, l'appréciation finale aurait été bien en dessous...

7
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (627)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Evil Eater
7
Evil Eater

Evil Eater

Lire la critique de Evil Eater

Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)