6

Critique de Crimezone #1

par Skeet le mer. 21 mai 2014 Staff

Rédiger une critique
Voici deux mots qui résument assez bien ce premier tome de Crimezone, même si cela mérite quelques précisions car je ne veux pas non plus trop caricaturer d'entrée cette série.

Dès les premières pages, on tombe sur un pelotage de seins improbable comme on en voit souvent dans un certain genre de mangas et forcément, on s'attend à du fan service de bas étage pour la suite... et on ne peut pas nous en vouloir ! Et en effet, les pages qui suivent continuent dans ce sens mais de manière plus "subtile" si on peut dire avec l'apparition plus ou moins discrète de culottes sous les courtes jupes des protagonistes féminines.
Mais heureusement, le scénario va se développer assez rapidement et après un rebondissement très prévisible (révélation de la véritable nature de Minatsu, fille convoitée par Shiro, le héros), on bascule en un clin d'oeil dans le gore...mais toujours avec culottes à profusion bien sûr !

Cette première scène de carnage est plutôt réussie car surprenante : on ne s'attend pas forcément à voir les viscères des victimes d'aussi près et des torses ouverts en deux révélant les cages thoraciques ! Les dessins ne sont pas d'une grande finesse par contre mais le dynamisme est là.
La violence sera présente tout au long de ce premier tome donc âmes sensibles d'abstenir. Cependant, rien de vraiment effrayant. La peur n'est pas vraiment au rendez-vous mais le dégoût peut l'être. On a plus affaire à du carnage qu'à du frisson et du suspense.

Comme vous avez pu le constater dans le synopsis, le scénario se révèle être plutôt simpliste voire classique. Mais une spécificité est assez intéressante : l'entourage du héros a été remplacé sans qu'il s'en aperçoive. En fait Shiro est quelqu'un de rêveur et un peu tête en l'air, ce qui lui a joué des tours : il ne s'est rendu compte de rien et il continue de penser que tout est normal autour de lui alors qu'il est clairement victime d'une sorte de machination visant à le protéger.
Le gouvernement est même impliqué dans l'histoire.

On ne sait pas exactement de quoi il retourne pour le moment mais on sait que Shiro est recherché par les originels car il représente leur salut. On ne nous en dira pas plus pour le moment ce qui est un peu léger pour le lecteur il faut bien l'avouer.
On ne sait pas si le scénario va gagner en profondeur en utilisant à bon escient ces quelques originalités scénaristiques vu la tournure que prennent les évènements dans ce premier tome. Tout laisse à penser que les combats sanglants vont prendre le dessus mais ça nous ne le saurons qu'en lisant la suite de cette série en 5 tomes.

Depuis quelques années, les histoires mettant en scène des vampires se multiplient dans les mangas/animes. Non pas que ce thème ait été complètement absent depuis l'arrivée des mangas en France mais force est de constater que leur concentration a augmenté ces derniers temps avec des séries abordant le sujet de diverses manières : Strike the blood, Dance in the vampire bund, Servamp, Bloody Prince, Dark rabbit, Blood Lad, Pureblood boyfriend...pour ne citer que les plus récents.
On peut donc ressentir une certaine lassitude face à cette thématique vue et revue. Le tout est de savoir si Crimezone apporte quelque chose au genre. Globalement, je dirais que non : on retrouve des originels, des hybrides et de simples vampires donc rien de nouveau. Par contre, l'originalité vient du fait qu'ici, les vampires basiques font plus penser à des zombies qu'à autre chose : ils se jettent en groupe sur leur victimes pour leur sucer le sang, ce qu'on n'a pas tellement l'habitude de voir en général.

Mais le plus surprenant reste le chara-design des originels. On pouvait s'attendre à ce qu'ils ressemblent à des vampires normaux mais avec plus de charisme. Mais ici, le dessinateur a fait appel à Yasushi NIRASAWA, un illustrateur, chara-designer et sculpteur de renom, pour faire le design des créatures et c'est plutôt réussi. Nous avons affaire à une créature monstrueuse au look travaillé qui ne ressemble à rien de connu et surtout pas à un vampire comme on peut se l'imaginer.
Du coup, on est impatient de découvrir les septs autres vampires originels pour voir jusqu'où est allée la créativité de Yasushi NIRASAWA.
Pour le reste, c'est à dire l'approche du mythe vampirique, rien de nouveau à l'horizon malheureusement.

Avec ses scènes gores, Crimezone a choisi de nous raconter une histoire de vampires façon carnage et culottes. Passée la surprise des premières pages, on se retrouve avec un scénario ultra classique qui ne renouvelle clairement pas le genre.
Mais avec ses scènes de combat réussies et un chara-design très original en ce qui concerne les monstres, l'auteur arrive à remonter un peu le niveau.

Crimezone se présente comme un divertissement sanglant donnant parfois l'impression qu'on se trouve dans une série de zombies à la Highschool of the dead et vaut plus pour l'effusion d'hemoglobine que pour son scénario certes original sur certains points mais qui laisse penser qu'il ne sera pas plus approfondi que ça...
Avis aux amateurs du genre !

En bref

6
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (627)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Crimezone
Boutique en ligne
4,62€
Boutique en ligne
4,62€
Boutique en ligne
4,62€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)