7

Critique de Seven #1

par Skeet le jeu. 19 juin 2014 Staff

Rédiger une critique
Combien de fois la ville de Tôkyô a-t-elle été la cible de catastrophes naturelles dans les mangas ? Dur à dire mais il est clair que nous commençons à avoir l'habitude de voir Tôkyô en mode "Post-apocalyptique". Dans Seven, pas de tremblement de Terre mais une pluie de météorites qui a ravagé la ville et qui en a visiblement fait une île déserte isolée du monde.

Cette catastrophe soulève beaucoup d'interrogations car la population ne dispose que de très peu d'informations sur le sujet. Les survivants sont condamnés à vivre avec le strict minimum que ce soit au niveau du logement ou de la nourriture. Mais le plus mystérieux reste le rôle du fameux "Office Métropolitain" qui gère la ville d'une main de fer, traitant les habitants comme de véritables esclaves. Une sorte de régime totalitaire en somme. Malgré toutes les questions que se posent certains, ils obéissent quand même car la répression n'est jamais loin si on sort du rang !

Alors que la population vit dans des sortes de bidonvilles, le quartier de Shinjuku est maintenant réservé aux employés du gourvernement métropolitain. Et autant vous dire qu'ils ne vivent pas dans les mêmes conditions que le reste du peuple... ils sont clairement privilégiés et l'accès y est interdit pour le commun des mortels.

Même l'école n'est devenue qu'un prétexte pour faire travailler les enfants...de la main d'oeuvre bon marché ! Et gare à ceux qui désobéissent car c'est direction les travaux forcés.
Ce Tôkyô post-apocalyptique présente des aspects très intéressants et aborde des thématiques comme la liberté et l'inégalité sociale avec d'un côté les très pauvres réduits en quasi esclavage et les riches qui vivent dans leur cocon.

Au tout début de l'histoire, on ne sait pas qui est réellement Takeru et lui non plus puisqu'il a perdu la mémoire ! Mais on comprend rapidement que ce n'est pas quelqu'un d'ordinaire puisque son bras produit parfois une chaleur anormale. C'est suite à une altercation avec la police que son pouvoir va être exposé au grand jour.
Takeru serait en fait un Tekigôsha, un agent de l'office métropolitain possédant un pouvoir grâce à son bras droit. Celui-ci a du mal à accepter ce qu'il a été surtout après avoir vécu avec la population et avoir été confronté à l'autorité. Ce qu'il ne supporte pas, c'est d'être considéré par les autres, et en particulier par celui avec lequel il s'est lié d'amitié, comme un "chien" de l'office métropolitain, entité dont il condamne les agissements.

Sans grande surprise, Takeru va profiter de son pouvoir pour essayer de renverser l'office métropolitain. Mais cela ne va pas être facile tout seul, surtout que les autres habitants sont écrasés par l'autorité et n'osent pas se rebeller tant les sanctions sont sévères. Reste à convaincre d'autres Tekigôsha à se rallier à lui mais cela ne va pas être chose aisée.

Un homme qui se révolte contre un régime totalitaire car il n'accepte plus sa condition sent le déjà-vu dans certains films de SF mais ceci reste plutôt efficace pour le moment, surtout qu'il y a matière à nous étonner avec la découverte des pouvoirs des autres Tekigôsha.

La première page du manga fait référence à la célèbre histoire de Blanche neige et les sept nains mais il faut avouer qu'on oublie très vite ce détail. En effet, pris dans l'action et à la découverte de ce Tôkyô en proie à ce régime totalitaire, on n'y pense même plus.
Pourtant, on découvre rapidement le personnage de Blanche-neige, une petite fille qui est l'objet de toutes les attentions du gouvernement métropolitain. Et ce n'est que bien plus tard dans le tome que l'on découvre qui tire les ficelles mais le mystère reste entier sur ses motivations.
Mais petit à petit, on comprend finalement le rapport entre le conte et l'histoire qui nous est exposée. On peut même arriver à deviner ce qu'il devrait se passer par la suite... Ceci étant dit, la référence à Blanche Neige reste pour moi anecdotique et n'apporte pas grand chose au récit pour le moment... mais peut-être que cela va changer dans les prochains tomes.

Seven, dont le titre fait référence aux sept nains, est un manga de SF qui se révèle être une bonne surprise pour le moment. Le monde dans lequel évoluent les protagonistes est plutôt bien décrit et favorise l'immersion dans cette ville de Tôkyô nouvelle génération. L'auteur nous révèle assez de choses pour avoir envie de lire la suite mais n'en dit pas trop pour autant car on ne sait pas encore tout sur Blanche Neige et la vérité sur les "sauveurs" que sont les personnes de l'office métropolitain.
L'action est présente mais sans excès car la priorité a clairement été donnée au scénario, à l'installation de l'ambiance et à la psychologie des personnages. Même si à priori, le déroulement de l'histoire se veut volontairement prévisible (référence aux septs nains), la sauce prend plutôt bien et on a hâte de découvrir les autres Tekigôsha. Le tout est servi par des dessins sans grande originalité mais qui savent se montrer efficaces dans les scènes d'action.

Seven est un titre qui a du potentiel s'il continue sur sa lancée grâce à de l'action mélangée à un scénario qui tient la route pour le moment. La série ne faisant que 5 tomes, ceci ne devrait pas traîner en longueur et aller droit au but, ce qui n'est pas une mauvaise chose. A découvrir.

En bref

7
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (628)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Seven
8
Seven T.1

Seven T.1

Lire la critique de Seven T.1

Boutique en ligne
4,50€
Boutique en ligne
4,50€
Boutique en ligne
4,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)