7

Critique de Love Hina #1

par Lelouch le mar. 11 nov. 2014 Staff

Rédiger une critique
Le temps des rééditions a sonné chez Pika on dirait… Après « Negima ! » dans un format double, voici « Love Hina » dans une édition simple. Cette série, une des première de Ken Akamatsu, a déjà plus de dix ans ! Plutôt 15 ans pour le début de la série… Autant dire tout de suite, avec cette série, on se replonge une des premières « grande » série de manga en France. Mais côté scénario rien n’a changé bien sûr. Keitarô Urashima a toujours 20 ans et il vient de rater pour la troisième fois son entrée à Tôdaï, une université réputée de Tokyo, alors que c’est pour réaliser une promesse d’enfant qu’il souhaite y entrer. Ses parents lui coupent les vivres et, Keitarô se retrouve dans la pension de sa grand-mère dans une station balnéaire. Il ignore que celle-ci est partie, lui laissant le soin de s’en occuper avec ses drôles d’occupantes : des jeunes filles plus excentriques les unes que les autres.

En se replongeant dans une telle série, la première chose qui saute aux yeux, c’est le dessin. Pour certains, peut être que la sortie de cette série était hier, mais pour une grande part du public « mangaphile » français, « Love Hina » correspond bien à une « ancienne » série. Et c’est visible à travers le style graphique, qui, disons le franchement, est daté. On retrouve les codes classiques de shonen et ceux de l’auteur : un garçon (à lunettes !), un peu innocent, gentil, mais très rapidement dépassé par les événements et par ses objectifs. Son nouvel entourage, constitué, quasi-uniquement de jeunes filles, toutes plus belles les unes que les autres, va le perturber au plus haut point, n’ayant jamais réussi à conclure avec l’autre genre. On retrouve ainsi, des situations burlesques, exagérées au possible, avec des courses poursuites dans la pension…

Entre deux scènes de tortures de ce pauvre Keitarô, on trouve une fille dénudée, dans le bain généralement, où le jeune homme à la fâcheuse maladresse de se retrouver par le plus grand des hasards…

Jeunes filles en petites tenues mystérieuses, jeune homme perdu et gentil, but universitaire quasi-inaccessible et situations complétement absurdes sont les éléments clés de cette série. La recette est simple, mais elle est bien construite et en ressort distrayante. Ceux qui se sont lancés dans les dernières séries de l’auteur, ou curieux de ses « anciennes » séries, que l’on pourrait dire « culte », seront ravis de se lancer ou relancer dans « Love Hina ».

En bref

7
Lelouch Suivre Lelouch Toutes ses critiques (279)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Love Hina
8
Love Hina

Love Hina

Lire la critique de Love Hina

Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Boutique en ligne
6,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)