7

Critique de Atom - The beginning #1

par Skeet le jeu. 9 juin 2016 Staff

Rédiger une critique

Un robot d’un genre nouveau


Le monde vit une période de forte innovation technologique suite à une grande catastrophe évoquée en début de tome. Cinq ans plus tard, les progrès concernant la robotique ont été importants et de nombreux étudiants travaillent sur de nouvelles générations de robots.


Atom - The beginning revient sur le passé des professeurs Umataro Tenma et Hiroshi Ochanomizu, les papas du célèbre Astro Boy. Ils sont alors étudiants à l’université nationale de Nerima et voient déjà la robotique différemment des autres, ce qui fait d’eux de véritables pariats… c’est un peu le propre des génies on dirait ! Tous deux occupent le laboratoire n°7 qui est un peu le parent pauvre de l’université ! Il est situé au beau milieu d’une sorte de casse (pour ne pas dire décharge !). Ils sont littéralement méprisés par Moriya et Motoko du laboratoire n°1, qui sont considérés comme les véritables génies du campus.




© TEZUKA PRODUCTIONS, Masami Yuuki, Tetsuro Kasahara 2015



Ils travaillent sur un nouvelle intelligence artificielle qui se démarque de toutes celles qui équipent les robots actuels : le système “Bewusstsein”, autrement dit “conscience”.
Mais pour continuer à mener à bien leurs recherches, ils ont besoin de convaincre l’audience à la prochaine réunion des professeurs. En effet, ce sont eux qui allouent les budgets et il vaut mieux que nos deux compères arrivent à obtenir des résultats concrets d’ici là.



Un manga récent mais à l’ancienne


S’attaquer à un mythe est toujours une prise de risque énorme car les fans vous attendent au tournant ! Pour ma part, je connaissais Astro Boy comme beaucoup et je l’avais découvert en dessin animé étant plus jeune en regardant le Club Dorothée (et oui, encore !). Mais cela remonte à tellement loin, que j’ai entamé la lecture de cette préquelle sans attente particulière.


Mais quand on ouvre le manga, le style graphique du dessinateur nous frappe directement car il est loin des standards du moment. Après un temps d’adaptation, on se dit que c’est finalement un dessin un peu old school qui colle plutôt bien avec l’ambiance du manga d’origine. La mise en place est toutefois quelque peu déroutante. Quand on démarre un manga, on a envie de savoir dans quel monde il se déroule mais le scénariste a plutôt été expéditif sur le sujet. On nous expose la situation sur quelques malheureuses pages et ce n’est guère convaincant ! On nous parle d’un grande catastrophe et on ne connait “ni son ampleur, ni ce qui l’avait provoquée” pour reprendre le texte tel quel. Du coup on ne sait pas si ces quelques explications sont juste là pour justifier les progrès technologiques fulgurants qui ont été faits et pouvoir parler de robots tranquillement ou alors si cette “grande catastrophe” aura vraiment un intérêt dans le scénario. Quoiqu’il en soit, c’est un peu léger.



© TEZUKA PRODUCTIONS, Masami Yuuki, Tetsuro Kasahara 2015



On découvre par la suite nos deux protagonistes Umataro Tenma et Hiroshi Ochanomizu qui ont l’air complètement en décalage avec les autres étudiants. L’un est naïf, l’autre impulsif mais tous les deux ont un bon fond. De vrais “gentils”. A côté de cela, nous avons leurs opposés Moriya et Motoko qui sont méprisants envers eux et qui se croient au dessus de tout le monde. Tout est donc très manichéen pour le moment.


Par contre, chose intéressante, un personnage qui semble avoir son importance est pour le moment peu mis en avant : Ran. On apprend que c’est la petite soeur d’Hiroshi. On l’aperçoit dans les toutes premières pages du manga puis on la voit de nouveau vers la moitié du tome puis dans la dernière partie. Elle éveille de suite la curiosité du lecteur car elle ne parle jamais. On se pose donc rapidement des questions sur sa vraie nature, surtout suite à un évènement qui survient dans la première moitié du tome… intéressant.


En tout cas, si le but était de respecter l’univers et l’ambiance de l’oeuvre de Mr TEZUKA, cela semble plutôt réussi et ce premier tome. On retrouve bien les ficelles des shônen de l’époque qui pourront cependant apparaître comme un défaut pour certains car tout ets assez convenu.



Un premier tome bizarrement construit


Alors que les deux premiers chapitres s’enchaînent de manière assez logique, le troisième se présente presque comme une petite histoire à part pour repartir sur l’intrigue principale dans les deux derniers chapitres. Du coup, on se demande ce qui va être fait par la suite et le but réel de cette préquelle. Est-ce qu’on va se retrouver avec plein de petites histoires (sur un ou plusieurs chapitres) mettant en scène Six, le robot conçu par Umataro et Hiroshi sans vraiment suivre une intrigue ? La suite nous le dira mais la façon dont est articulé ce tome peut également laisser penser le contraire.


Ceci étant dit, même l’histoire un peu à part (et qui fait penser à Speed) est sympathique à lire. La dernière partie est la plus intéressante (et fait penser à Real Steel) et elle fait avancer l’histoire.



Retrouvez également cette chronique en vidéo : 



En bref

Avec ses dessins old school et son ambiance fidèle à Astro Boy, cette préquelle se révèle être une lecture sympathique. Même si le scénario semble très manichéen pour le moment, il y a assez de mystère pour donner envie de lire la suite.

7
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (627)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Atom - The beginning
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Boutique en ligne
7,45€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)