9

Critique de Choco strawberry vanilla

par Charlie One le mar. 8 nov. 2016 Staff

Rédiger une critique
Hiroi et Take sont deux amis d'enfance, tellement proche l'un de l'autre qu'ils ont pris la fâcheuse habitude de tout partager. Ce qui a commencé par un innocent partage de goûter dans l'enfance prend une toute autre envergure dans Choco Strawberry Vanilla, les deux amis partageant à présent leur appartement, leur vie et plus provocateur encore : leurs amants. Et c'est Mine, un ancien camarade de classe épris de Hinoi, qui va en faire les frais.

Ce qui percute d'emblée à la lecture de CSV, c'est la personnalité de Hiroi. Derrière une apparence physique angélique, blond avec des cheveux mi-long, se cache un garçon manipulateur au caractère dominateur, borderline sadique et plutôt capricieux qui n'hésite à maltraiter psychologiquement (et un peu physiquement aussi) sa proie. Il est assez énervant. Adepte du chantage affectif, Hiroi représente assez bien ce qu'il y a de plus toxique dans les échanges humains. Non pas parce qu'il s'épanouit dans des relations à trois mais parce que derrière cette "générosité" hors du commun, il est en fait extrêmement possessif et sans vraiment se questionner emprisonne ses connaissances dans une bulle pour son propre plaisir.

Le premier à nous étonner dans cette situation est sans doute Take. Celui qui se définit lui-même comme une extension de son meilleur ami se soumet de manière inconditionnelle et laisse à penser qu'il n'a pas de volonté propre, adoptant une attitude fortement passive. Ainsi, Take est sexuellement fluide et use de son corps au bon vouloir de Hiroi et ce, en dépit de la gêne ou de l'antipathie qu'il peut ressentir vis-à-vis de Mine lors de leurs ébats.
Mine quant à lui est présenté comme étant incapable de résister à Hiroi, si bien qu'il acceptera à contrecœur toutes les demandes de son amoureux, quitte à ce que celles-ci dépassent les bornes. Il ne s'agit pas simplement de soumission sexuelle comme lors d'un jeu érotique mais bien d'une soumission totale de corps et d'esprit. C'est cette capacité à se donner corps et âme sans résistance qui donne à Choco Strawberry Vanilla cette aura quelque peu malsaine car, avec un peu de recul, le consentement du soumis est essentiellement obtenu par pression.

Et pourtant, je m'étonne à trouver cette œuvre de Psyche Delico incroyablement efficace et très loin d'être repoussante. Car, il faut l'avouer, elle est aussi fascinante que dérangeante dans la vision qu'elle donne de l'amour à 3. D'autant plus quand le scénario parvient à se libérer des entraves du triangle amoureux, pour davantage se focaliser sur Take et Mine faisant graduellement évoluer la défiance mutuelle des deux hommes vers une relation ambigüe et passionnelle.
A chacun son point de vue mais du mien, Hiroi est étrangement celui de trop dans cet arrangement romantique qu'il a lui-même orchestré et cela se ressent à plusieurs reprises, jusqu'à nous amener à ressentir de l'empathie pour ce garçon au comportement égoïste. Et plus encore lorsque le flashback inséré en milieu de tome met en lumière les circonstances de leurs retrouvailles. Au final, une vérité ressort de cette histoire qui ne la rend que plus forte. Il est impossible de ne pas ressentir une préférence.

Maintenant, concernant le travail graphique rendu sur Choco Strawberry Vanilla. Il est convaincant. Le sexe occupant une place majeure dans l'histoire, s'étalant bien sur la moitié des pages qui sont consacrées à ce one-shot, le dessin se devait d'être maitrisé et globalement c'est réussi. Les membres du trio sont facilement identifiables et le travail sur les expressions est réussi. Notons aussi que si le sexe est abondamment représenté, celui-ci ne donne pas l'impression d'être gratuit. Le plaisir est carrément présent - l'on sent qu'il est crayonné avec beaucoup d'attention et il y en a tellement - mais le sexe tel qu'il est mis en avant sert à illustrer et magnifier l'emprise de Hiroi et dans ce contexte, il est particulièrement puissant.
Un bémol toutefois. Dans sa volonté de détailler les différentes pénétrations et autres éjaculations, l'auteure se frotte à une forme de censure. C'est un paradoxe. Ne voulant ou ne pouvant (?) pas aller au-delà de certaines limites, le coup de crayon de certains plans manquent de précision ou paraissent incomplets et à une ou deux reprises, il est plus compliqué de capter ce qu'il se passe d'une case à une autre. Pour le reste, à l'inverse, l'on comprendra parfaitement de quoi il retourne. Je chipote.

Conclusion. Je crois comprendre pourquoi cette œuvre est appréciée. Je comprends également pourquoi elle pourrait rebuter.
A mon avis, Choco Strawberry Vanilla mérite sans hésitation d'être lu. S'il peut être qualifié de dérangeant, le trio Hiroi-Take-Mine imaginé par Psyche Delico n'en demeure pas moins atypique, intense, fascinant et chaud bouillant.

On aimerait bien une suite, tiens.

En bref

S'il peut être qualifié de dérangeant, le trio Hiroi-Take-Mine imaginé par Psyche Delico n'en demeure pas moins atypique, intense, fascinant et leurs échanges physiques sont chauds bouillants

9
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)