7

Critique de Denis la malice #1

par Auray le jeu. 8 mai 2014 Staff

Rédiger une critique
Denis la malice ou Dennis the menace parle à une génération télévisuelle avec le dessin animé éponyme ou le film de 93 accompagné du fameux Christopher Lloyd (Retour vers le futur). Fetjaine, groupe de la Martinière, nous en met pleins les yeux avec la parution fidèle des strips selon le support de l’éditeur américain Fantagraphics. Un carré se frotte à nos mains pour faire apparaître l’écrit « intégrale de 1951 » ou bien la tête de Denis renfrogné en haut de la tranche. Un avant-propos de l’auteur de Mutts, Patrick McDonnell, nous plonge dans les noëls où Peanuts, MAD magazine, et Dennis the menace se partageaient ses chaussons. Puis, on a une bonne introduction de 23 pages de Brian Walker, ancien président du muséum of Cartoon Art et auteur d’une douzaine de livres à ce sujet entre autres à son actif. Celle-ci reste évidemment la plus intéressante, car retraçant la biographie de l’auteur avec ses hauts et ses bas de sa vie professionnelle, voire personnelle, ou ses particularités graphiques sur les gags en une case, tout en gardant une vue globale des années 50 à 80. Hank Ketcham, armé de diverses expériences graphiques (assistant d’animation des studios Walt Disney sur Pinocchio, Bambi, ou Fantasia ; assistant-photographe dans l’armée et participant par la suite à la propagande de l’armée américaine après l’attaque de Pearl Harbor…) sort l’idée de son chapeau lorsque son fils Dennis soit indiqué comme une menace après avoir malmené sa chambre. Les fameux gazons verts entourés de palissades blanches seront ici en noir et blanc comme dans les supports originaux, les quotidiens. Les gags sont donc en une case et le fait que le décor américain qui entoure la famille, Ruff le grand chien (que l’on a tous voulu posséder), et les amis du jeune garçon de cinq ans et demi soient parfait ; est voulu, pour égayer notre vie qui l’est parfois moins. Après l’introduction, on cherche à admirer ce qui a été mis en valeur par celle-ci, soit les détails des cases voulues si parfaites comme un décor de cinéma. Les strips de Dennis sont tantôt drôles à souhait ou parfois cruels, mais jamais violents, juste l’innocence de l’enfance où l’on pardonne tout avec plaisir. C’est le support original de Denis la malice qui est offerte ici à faible prix (15 euros) et on admire les dessins plus qu’on les lit. Mais quel plaisir de voir de la qualité pour notre vieux copain, où l’ingéniosité pour créer des catastrophes, nous inspirait dans notre propre enfance. J’espère seulement que la faible publicité de ce livre ne va pas entraver la sortie du deuxième tome issu de Fantagraphics, et là, j’ai peur que le réel reprenne le dessus…

En bref

7
Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (483)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
19,95€
Boutique en ligne
19,95€
Boutique en ligne
19,95€
Boutique en ligne
19,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)