8

Critique de Partie de chasse

par ginevra le sam. 10 janv. 2015 Staff

Rédiger une critique
La 5e des « légendes d’aujourd’hui » même si, maintenant, l’album est réuni avec le 4e sous le titre de « Fins de Siècle ».

50/22 B ne fait plus qu’une apparition dans cet album où il n’a aucun rôle à jouer.
Nous sommes en 1983, en Pologne, sur les lieux des retrouvailles de plusieurs hauts dirigeants du bloc soviétique : russe, polonais, tchèque, bulgare, yougoslave, roumain, allemand de l’est, ukrainien et géorgien. La plupart sont des amis de longue date et des communistes de la 1e heure. Il y a aussi un jeune interprète français, excellent linguiste parlant toutes les langues des ces personnes. Interprète parfois inutile puisque tous parlent le français sauf l’un d’entre eux. Jeune idéaliste aussi qui croit encore dans le communisme. Il va être attaché à celui qui ne parle pas français sauf pendant la phase ultime de la partie de chasse : la chasse à l’ours… Mais quel ours est visé ?

On lit souvent que les auteurs ont prévu la chute du bloc de l’Est 10 ans avant avec cet album… mais le syndicat Solidarnosc avait été créé en 1980.
Pour ma part, je considère plutôt cet album comme racontant un complot d’anciens communistes, qui ont pris du recul avec l’histoire et compris la part sombre de leurs actions, pour empêcher l’arrivée au pouvoir d’un ambitieux et puriste communiste (avec le danger de nouvelles purges et d’un raidissement envers l’occident).

Le scénario de Christin est centré sur un vieux général et ancien membre du politburo, remplacé depuis peu… par l’ambitieux personnage cité plus haut. L’album va nous amener dans une suite de retours en arrière, reconnaissables à leur colorisation sépia et rouge sang, liés à plusieurs des amis des « pays frères » réunis pour cette chasse. Il porte en lui beaucoup de morts depuis son amante jusqu’à ses amis : exécutions, suicides, crises cardiaques… Est-ce le remords et le poids de ces morts qui le poussent à évincer un homme qu’il pense dangereux? Comme il est devenu muet suite à une attaque, nous ne le saurons pas… nous voyons ses pensées en images, mais les paroles liées sont dites par d’autres.
Il faut noter que les pages de garde nous présentent les biographies des divers intervenants, prouvant ainsi que Christin n’a pas fait de ses personnages des pantins manipulés par l’Histoire. Ce sont des personnages forts qui ont tous des fêlures en eux pour diverses raisons et qui souffrent de l’effritement de leurs idéaux face aux nécessités de la gestion d’un pays.

Coté dessins, Bilal nous gâte avec des portraits sans concessions mais respectueux. Il y a une seule femme dans cet album, une morte qui est à la fois un splendide et tragique souvenir. Il excelle toujours autant dans ses représentations de paysages enneigés. Le palais polonais est tout à fait étonnant dans le luxe qu’il offre à ces « bons » communistes. Les animaux ont une vie extraordinaire... avant de se faire abattre bien sûr ! La couleur sang est très souvent utilisé dans les souvenirs sépia du général.

Cet album est d’un réalisme impressionnant à connaître absolument.

A noter qu’il fait partie des 10 albums cultes choisis par la revue « Beaux Arts » pour son hors série : Les secrets des chefs-d’œuvre de la BD, paru en décembre 2014.

En bref

8
ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1820)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,20€
Boutique en ligne
7,20€
Boutique en ligne
7,20€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)