5

Critique de Flex Mentallo

par Blackiruah le dim. 27 janv. 2013 Staff

Rédiger une critique
En ce début d’année, nous avons l’occasion de découvrir un récit inédit du génial duo Grant Morrison et Frank Quitely mettant en scène un récit reprenant un héros de longue date : Flex Mentallo.

Flex Mentallo est un des plus grands super-héros de l’histoire des comics mais c’est aussi une création complètement fictive du dessinateur Wally Sage. Au moment où ce dernier fait une tentative de suicide, Flex se lance à la recherche de son ancien allié, le Fait : deux quêtes qui vont au fur et à mesure se révéler liées.

Ce récit est, à mes yeux, une démonstration de ce que G.Morrison sait faire de mieux et de pire en même temps. Je m’explique. A travers les deux trames qui se déroulent en parallèle, le scénariste réalise, en fait, une véritable lettre d’amour aux histoires de super héros de l’âge d’or des comics (pour les néophytes, je parle des comics fin des années 30 aux années 50) où ces récits étaient plus simples, moins noirs et mettaient en valeur l’extraordinaire. Ainsi, à travers les délires de Wally et l’enquête de Flex, tout au long du volume les personnages vont critiquer cette dérive de noircir le super héros avec cette société qui fait de même.

Cet aspect du récit est très prenant, c’est le bon côté du scénariste qui arrive avec des idées très intéressantes à nous amener sur des sujets peu communs.

Mais le problème de Flex Mentallo est sa narration qui est, à mon sens très lourde. Effectivement, dès le début, on ne comprend pas où G.Morrison nous emmène et chaque transition entre les deux trames sont très brutales, ce qui a pour conséquence de compliquer la compréhension au point de se demander, tout au long de la lecture, ce qu’essaye de nous dire le célèbre auteur. Bien que la fin permet de comprendre son histoire, c’est quand même dommage de ne pas avoir trouvé d’autres moyens pour faciliter et fluidifier son œuvre.
C’est cet aspect de Grant Morrison que je n’apprécie guère…

Par contre, comme d’habitude, quand Frank Quitely travaille sur des projets avec Morrison, ça reste fantastique. Je suis un grand fan de son style qui fait ressortir le grotesque des personnages : là, j’ai été servi. Si vous adorez l’artiste, je vous invite donc à ouvrir ce comic-book, d’autant plus qu’il est en osmose avec le scénariste en arrivant parfaitement à retranscrire l’ambiance du récit à travers chaque case.

Pour l’édition, on fait face à un album avec du papier mat qui sied bien au récit avec, en bonus, du rédactionnel qui nous oriente sur l’approche de cette histoire et raconte l’historique du héros Flex Mentallo, ainsi que des croquis de F.Quitely.

En somme, mon avis reste mitigé sur ce récit où G.Morrison démontre son amour pour les comics véhiculant une image positive du super héros avec un Frank Quitely au top de sa forme avec ses dessins de grandes qualités, mais qui pêche par une narration trop déstructurée qui rend l’accessibilité de l’album difficile. Un album destinée avant tout aux amateurs de comics qui comprendront le message de l’auteur ou aux fans de Morrison, pour les autres, Flex Mentallo n’est pas un indispensable même si le message peut vous intéresser.

En bref

5
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (486)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Boutique en ligne
14,50€
Laissez un commentaire