8

Critique de Flashpoint

par Blackiruah le dim. 23 mars 2014 Staff

Rédiger une critique
En 2011, DC Comics a complètement revu son univers pour le redémarrer quasi intégralement (à l’exception des franchises Batman et Green lantern). Ainsi est né les new 52. Mais fort heureusement, ce « reboot » n’arrive pas de nulle part puisqu’il est issu du crossover « Flashpoint » scénarisé par Geoff Johns et dessiné par Andy Kubert qui clôturera cet ancien univers.

Barry Allen, alias Flash, se réveille à son bureau interpellé par son collègue. Notre héros a rendez-vous avec sa mère alors… qu’elle est censée être décédée ! Tentant de découvrir ce qu’il se trame, Barry, remarquant qu’il n’a plus ses pouvoirs, va chercher Batman pour élucider ce mystère. Face à un chevalier noir qui n’est plus Bruce Wayne, Flash va découvrir qu’il est dans un univers alternatif. Pourquoi ? Comment ? Cet univers est-il meilleur que le précédent ? Tout est traité dans ce crossover.

Pour lancer un nouvel univers, DC Comics a choisi de confier la tâche à Geoff Johns qui a fait ce qu’il sait faire de mieux. C’est-à-dire un récit bourré d’action dans lequel on est happé par la découverte de ce nouvel univers où tout part de travers : pas de Superman, plus de Bruce Wayne, un conflit Wonder Woman/Aquaman qui a pris une ampleur catastrophique en Europe. C’est farci de bonnes idées qui rendent ce crossover captivant.
Fidèle à son style, G.Johns a bien écrit un scénario dynamique centré sur Flash. Ayant lu peu d’œuvres de ce héros, l’auteur a le mérite de le rendre attachant : pleins de bon cœur, on entrevoit un vrai héros qui va briller face au grand nombre d’anti-héros même s’il reste finalement un brin égoïste.
Par contre, même si j’ai aimé le prologue qui nous emmène sur une fausse piste, la conclusion est quand même difficilement crédible, même si elle est surprenante, la ficelle est grosse pour justifier un tel changement dans l’univers de DC. De même, la transition vers les new 52 est très superficielle. Faite sur deux pages, il est difficile de comprendre qu’on finisse sur un nouvel univers. Dommage que le changement soit si rapide…

Graphiquement, Andy Kubert respecte son rang de grande star des comics. Un style réaliste, détaillé et très dynamique, il n’y a pas grande chose à ajouter si ce n’est que c’est visuellement très solide et très beau. Bref une valeur sure.

Editorialement, on fait face à la fameuse édition comic-book + blu-ray/DVD (soit l’édition père noël) où le dessin animé est vraiment excellent. A vrai dire, c’est même celui qui m’a le plus impressionné jusque-là, d’autant plus qu’on comprend plus d’éléments sur l’univers alternatif par rapport à la mini-série. Sinon le volume est un album cartonné comme la collection renaissance contenant un carnet de croquis bien fourni qui se découvre avec plaisir. Mon seul regret n’est que le choix d’Urban de ne faire découvrir que la mini-série. Il aurait été intéressant de proposer aussi les mini-séries d’Aquaman et Wonder Woman qui sont au cœur de cet univers fou.

Flashpoint est un bon crossover de qualité, même s’il n’est pas parfait, il est original, passionne et est très rythmé dans la même lignée que l’évènement House of M chez le concurrent (bien que ce dernier était plus abouti). Pour l’instant, « flashpoint » n’est pas indispensable pour comprendre le nouvel univers de DC, mais si vous souhaitez lire un bon crossover vous pouvez l’acheter sans hésiter mais ça pourrait changer vu les quelques éléments disséminés à droite à gauche.

En bref

En 2011, DC Comics a complètement revu son univers pour le redémarrer quasi intégralement (à l’exception des franchises Batman et Green lantern). Ainsi est né les new 52. Mais fort heureusement, ce « reboot » n’arrive pas de nulle part puisqu’il est issu du crossover « Flashpoint » scénarisé par Geoff Johns et dessiné par Andy Kubert qui clôturera cet ancien univers. Barry Allen, alias Flash, se réveille à son bureau interpellé par son collègue. Notre héros a rendez-vous avec sa mère alors… qu’elle est censée être décédée ! Tentant de découvrir ce qu’il se trame, Barry, remarquant qu’il n’a plus ses pouvoirs, va chercher Batman pour élucider ce mystère. Face à un chevalier noir qui n’est plus Bruce Wayne, Flash va découvrir qu’il est dans un univers alternatif. Pourquoi ? Comment ? Cet univers est-il meilleur que le précédent ? Tout est traité dans ce crossover. Pour lancer un nouvel univers, DC Comics a choisi de confier la tâche à Geoff Johns qui a fait ce qu’il sait faire de mieux. C’est-à-dire un récit bourré d’action dans lequel on est happé par la découverte de ce nouvel univers où tout part de travers : pas de Superman, plus de Bruce Wayne, un conflit Wonder Woman/Aquaman qui a pris une ampleur catastrophique en Europe. C’est farci de bonnes idées qui rendent ce crossover captivant. Fidèle à son style, G.Johns a bien écrit un scénario dynamique centré sur Flash. Ayant lu peu d’œuvres de ce héros, l’auteur a le mérite de le rendre attachant : pleins de bon cœur, on entrevoit un vrai héros qui va briller face au grand nombre d’anti-héros même s’il reste finalement un brin égoïste. Par contre, même si j’ai aimé le prologue qui nous emmène sur une fausse piste, la conclusion est quand même difficilement crédible, même si elle est surprenante, la ficelle est grosse pour justifier un tel changement dans l’univers de DC. De même, la transition vers les new 52 est très superficielle. Faite sur deux pages, il est difficile de comprendre qu’on finisse sur un nouvel univers. Dommage que le changement soit si rapide… Graphiquement, Andy Kubert respecte son rang de grande star des comics. Un style réaliste, détaillé et très dynamique, il n’y a pas grande chose à ajouter si ce n’est que c’est visuellement très solide et très beau. Bref une valeur sure. Editorialement, on fait face à la fameuse édition comic-book + blu-ray/DVD (soit l’édition père noël) où le dessin animé est vraiment excellent. A vrai dire, c’est même celui qui m’a le plus impressionné jusque-là, d’autant plus qu’on comprend plus d’éléments sur l’univers alternatif par rapport à la mini-série. Sinon le volume est un album cartonné comme la collection renaissance contenant un carnet de croquis bien fourni qui se découvre avec plaisir. Mon seul regret n’est que le choix d’Urban de ne faire découvrir que la mini-série. Il aurait été intéressant de proposer aussi les mini-séries d’Aquaman et Wonder Woman qui sont au cœur de cet univers fou. Flashpoint est un bon crossover de qualité, même s’il n’est pas parfait, il est original, passionne et est très rythmé dans la même lignée que l’évènement House of M chez le concurrent (bien que ce dernier était plus abouti). Pour l’instant, « flashpoint » n’est pas indispensable pour comprendre le nouvel univers de DC, mais si vous souhaitez lire un bon crossover vous pouvez l’acheter sans hésiter mais ça pourrait changer vu les quelques éléments disséminés à droite à gauche.

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Flashpoint
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Laissez un commentaire