5

Critique de Daredevil - Dark Nights

par Jeje-99 le mar. 7 oct. 2014 Staff

Rédiger une critique
Alors que le run de Mark Waid est toujours en cours, Marvel a lancé en 2013 une nouvelle série sur l’homme sans peur nommée Dark Nights dont l’intégralité est rassemblée dans cet album. Dans ces 8 épisodes, on retrouve 3 histoires courtes distinctes par 3 équipes artistiques différentes. Pour rentrer dans ce volume, on retrouve Lee Weeks au dessin et au scénario. Il nous emmène dans un New-York enneigé et totalement paralysé alors qu’une jeune fille attend désespérément sa greffe. Si retrouver un héros plongé dans une ville enneigée n’est pas nouveau, cette situation permet au héros de s’affirmer dans son rôle premier qui est d’aider son prochain quelques soient les difficultés qui se présentent à lui intelligentes ou non. Malgré quelques passages compliqués niveau narration, la prestation de Weeks au dessin comme au scénario est réussie, on se croirait presque revenus plusieurs dizaines d’années en arrière. A n’en pas douter, la plus grosse réussite de ce volume. Le temps de deux numéros, la suite est laissée à David Lapham qui nous sert également l’intrigue et la mise en image du récit. Alors que Matt Murdock conseille un client qu’il croit innocent, un petit homme va réussir à s’introduire dans le commissariat pour voler une pièce à conviction. Le court récit va donc envoyer Daredevil à la poursuite de cet homme avec comme toile de fond un combat des Avengers contre un monstre et les méfaits du Shocker. Si l’ensemble de l’histoire sera rapidement oublié, la dualité que l’on retrouve dans le personnage de Buggit est assez intéressante. Concernant les planches, le rendu est assez proche et dans un ton habituel pour le personnage contrairement à la suite. Pour finir, Matt Murdock retrouve Misty Knight à Miami alors qu’il était en déplacement avec un client. Ils vont se retrouver à suivre le même objectif et décident de collaborer. Bien plus léger et décalé que les deux histoires précédentes, que ce soit au dessin ou au scénario qui pourrait être résumé à un flirte entre les personnages entrecoupé d’action… Un peu loin de ce que l’on a l’habitude de voir sur Daredevil mais tellement cliché sinon… Les fans de tête à cornes ne s’y retrouveront pas. Si Dark Nights reste dans la lignée de ce qui se fait en 100%, certains regretteront que seuls Lee Weeks et David Lapham aient droit à leur courte biographie en fin de volume. Au final, malgré une très belle entame, la suite n’est pas à la hauteur malgré une partie visuelle toujours plaisante et une lecture agréable dans l’ensemble. Ca reste un achat assez dispensable dans la mesure où la première histoire ne suffit pas à elle seule comme argument d’achat, surtout à côté d’autres récits sur Daredevil sortis récemment. A réserver aux inconditionnels du personnage.

En bref

5
Jeje-99 Suivre Jeje-99 Toutes ses critiques (147)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
40,78€
Boutique en ligne
40,78€
Boutique en ligne
40,78€
Boutique en ligne
40,78€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)