8

Critique de Super-Vilains - Anthologie

par Blackiruah le sam. 22 nov. 2014 Staff

Rédiger une critique
Noël approche, Urban a donc la bonne idée de publier une nouvelle anthologie consacrée à l’univers de DC Comics. Vu que l’année 2014 fut consacrée aux super-vilains, nous avons le droit à un recueil qui leur est consacré. Ainsi, nous avons l’occasion de pouvoir suivre dans le temps l’évolution des méchants de cet univers mais surtout de leurs mentalités…

Et au sortir de cette lecture, on peut vraiment dire que le super vilain de DC Comics a réellement évolué ! L’anthologie nous permet de vraiment percevoir ce changement progressif. Au début, le vilain est juste méchant avec un besoin basique de montrer qu’il est plus fort que les héros et ses compères. D’ailleurs, on s’aperçoit très vite que l’association de malfaiteurs est très vite utilisée pour vaincre des héros, comme démontré lors des 3 premiers récits où nous découvrons par exemple le fruit de la collaboration entre le Pingouin et le Joker contre Batman et Robin conclu de manière assez simple.

C’est à partir de l’âge d’argent que les vilains vont commencer à devenir réellement violent et à gagner en nuance. Ces derniers commencent à développer des problèmes psychologiques profonds (Double-face) ou ont un passé tragique justifiant leur identité de super-vilain (Deathstroke). D’ailleurs, les actes vont traduire cette noirceur, puisque l’on va découvrir que ces super-méchants peuvent provoquer des guerres totales à l’instar du récit des new Gods (Darkseid agit en secret pour provoquer le conflit entre Apokolips et New Genesis), mais les meurtres commencent aussi à devenir majeurs et impactants dans la vie des héros visibles comme dans le récit d’Aquaman où son fils est assassiné par Black Manta.

Enfin, l’ère moderne rationalise totalement le vilain (à l’exception du Joker), et gagne de l’ampleur psychologiquement. J’entends par là que le méchant va plus souvent traumatiser ses victimes sans utiliser la force, le récit « Metropolis, 1500 km » (de loin mon coup de cœur) représente parfaitement ce nouveau type de malversations où Lex Luthor va piéger une serveuse banale pour lui démontrer que sa vie est ratée. Un vrai petit délice. L’épisode centré sur le maître des miroirs est d’ailleurs très représentatif des vilains d’aujourd’hui avec des problèmes d’enfance, une mauvaise tournure qui l’entraine à devenir un mauvais bougre.

Comme les précédentes, cette anthologie reste un excellent guide démontrant l’évolution d’un aspect important des comics : les supers vilains. Reste un point faible indéniable : on ne voit pas réellement tous les ennemis importants de l’univers. J’aurais apprécié plus découvrir Black Adam ou Reverse Flash, mais le choix de l’éditeur a été autre. Reste que cet album nous permet encore d’accéder à des récits historiquement importants même si certains sont laborieux à lire car trop ancrés à leur époque avec leur narration lourde. « Super-Vilains – Anthologie » reste incontournable pour tous étoffant notre culture comics toujours un peu plus comme l’ensemble de cette collection !

En bref

Noël approche, Urban a donc la bonne idée de publier une nouvelle anthologie consacrée à l’univers de DC Comics. Vu que l’année 2014 fut consacrée aux super-vilains, nous avons le droit à un recueil qui leur est consacré. Ainsi, nous avons l’occasion de pouvoir suivre dans le temps l’évolution des méchants de cet univers mais surtout de leurs mentalités… Et au sortir de cette lecture, on peut vraiment dire que le super vilain de DC Comics a réellement évolué ! L’anthologie nous permet de vraiment percevoir ce changement progressif. Au début, le vilain est juste méchant avec un besoin basique de montrer qu’il est plus fort que les héros et ses compères. D’ailleurs, on s’aperçoit très vite que l’association de malfaiteurs est très vite utilisée pour vaincre des héros, comme démontré lors des 3 premiers récits où nous découvrons par exemple le fruit de la collaboration entre le Pingouin et le Joker contre Batman et Robin conclu de manière assez simple. C’est à partir de l’âge d’argent que les vilains vont commencer à devenir réellement violent et à gagner en nuance. Ces derniers commencent à développer des problèmes psychologiques profonds (Double-face) ou ont un passé tragique justifiant leur identité de super-vilain (Deathstroke). D’ailleurs, les actes vont traduire cette noirceur, puisque l’on va découvrir que ces super-méchants peuvent provoquer des guerres totales à l’instar du récit des new Gods (Darkseid agit en secret pour provoquer le conflit entre Apokolips et New Genesis), mais les meurtres commencent aussi à devenir majeurs et impactants dans la vie des héros visibles comme dans le récit d’Aquaman où son fils est assassiné par Black Manta. Enfin, l’ère moderne rationalise totalement le vilain (à l’exception du Joker), et gagne de l’ampleur psychologiquement. J’entends par là que le méchant va plus souvent traumatiser ses victimes sans utiliser la force, le récit « Metropolis, 1500 km » (de loin mon coup de cœur) représente parfaitement ce nouveau type de malversations où Lex Luthor va piéger une serveuse banale pour lui démontrer que sa vie est ratée. Un vrai petit délice. L’épisode centré sur le maître des miroirs est d’ailleurs très représentatif des vilains d’aujourd’hui avec des problèmes d’enfance, une mauvaise tournure qui l’entraine à devenir un mauvais bougre. Comme les précédentes, cette anthologie reste un excellent guide démontrant l’évolution d’un aspect important des comics : les supers vilains. Reste un point faible indéniable : on ne voit pas réellement tous les ennemis importants de l’univers. J’aurais apprécié plus découvrir Black Adam ou Reverse Flash, mais le choix de l’éditeur a été autre. Reste que cet album nous permet encore d’accéder à des récits historiquement importants même si certains sont laborieux à lire car trop ancrés à leur époque avec leur narration lourde. « Super-Vilains – Anthologie » reste incontournable pour tous étoffant notre culture comics toujours un peu plus comme l’ensemble de cette collection !

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (486)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Super-Vilains - Anthologie
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Laissez un commentaire