10

Critique de Bone

par Le Doc le sam. 26 déc. 2015 Staff

Rédiger une critique
Il y a tout juste 20 ans, les éditions Delcourt débutaient la publication de "Bone", la merveilleuse saga de fantasy cartoonesque du créateur indépendant Jeff Smith. Pour fêter dignement cet annniversaire, Delcourt propose enfin au public français l'intégrale de l'oeuvre (qui était sortie aux U.S.A. en 2004), un beau pavé de plus de 1300 pages en noir et blanc pour la modique somme de 49,95 euros.

Dans la deuxième moitié des années 80, Jeff Smith travaillait en tant qu'animateur dans un petit studio fondé avec des amis. Mais ce qu'il désirait par dessus tout, c'était dessiner des comics...mais pas n'importe quel comic-book : une oeuvre unique, avec un début, un milieu et une fin, et qui emmenèrait les personnages de sa création (qui hantaient son imaginaire depuis qu'il était gosse) dans une longue aventure. Pour tester son projet, il démarcha d'abord des éditeurs avec des strips de "Bone" avec comme seul effet de recevoir lettres de refus sur lettres de refus.

Suivant l'exemple d'auteurs comme Art Spiegelman, les frères Hernandez ou Dave Sim, Jeff Smith décida de travailler de façon indépendante et d'éditer "Bone" lui-même en fondant sa propre société, Cartoon Books. Pendant 13 ans, entre 1991 et 2004, et avec une petite aide de Image Comics pendant quelques numéros, Jeff Smith raconta l'odyssée des cousins Fone Bone, Phoney Bone et Smiley Bone, chassés de chez eux à cause des éternelles magouilles de Phoney. Le trio arrive dans une étrange vallée et se retrouve pris au coeur d'un conflit entre humains, dragons et rats-garous commandés par une étrange entité, le Sans-Visage.

Avec "Bone", Jeff Smith rend notamment hommage à l'un de ses auteurs fétiches, Carl Barks et son Oncle Picsou (il y a beaucoup de Picsou en Phoney Bone), et plonge dans un récit de "high-fantasy" au long cours à la "Seigneur des Anneaux" trois petits bonhommes à l'aspect délicieusement cartoony : Fone, malin, courageux et grand admirateur de "Moby Dick"; Phoney, manipulateur, aussi cupide que protecteur envers ses cousins; et Smiley, le plus grand des Bone et le moins intelligent, éternel optimiste au sourire béat.

La saga débute de façon simple, avec beaucoup d'humour, de chaleur, de tendresse envers des héros subtilement caractérisés (les sentiments de Bone envers la jolie Thorn, la fabuleuse et puissante Mamie Ben, l'amitié indéfectible de Smiley et sa relation presque paternelle avec Bartleby, les manipulations de Phoney, source de multiples péripéties...)...avant de prendre un tour beaucoup plus sombre, avec des thèmes complexes, une épopée aux ramifications tentaculaires, qui mêle humour, drame et aventures fantastiques avec une redoutable efficacité.

Le dessin précis de Jeff Smith est un régal pour les yeux : à l'aise dans toutes les ambiances, il se fait épique dans les grands moments d'action, touchant dans les passages plus calmes, hilarant dans le slapstick pur et troublant lorsque les monstres entrent en scène (notamment lors des scènes de rêves, essentielles pour le récit, l'apparition des cercles fantômes). Du placement des ombres à l'utilisation judicieuses de cases silencieuses pour renforcer l'impact des scènes, la partie graphique regorge de trouvailles brillantes et la narration est un modèle de fluidité.

"Bone", c'est 1300 pages de bone-heur (je sais, elle est nulle mais je n'ai pas pû m'en empêcher). Une superbe bande dessinée maîtrisée sur tous les aspects, pleine de héros attachants et de vilains intrigants. Cette intégrale est l'un de mes coups de coeur de l'année !


En bref

Il y a tout juste 20 ans, les éditions Delcourt débutaient la publication de "Bone", la merveilleuse saga de fantasy cartoonesque du créateur indépendant Jeff Smith. Pour fêter dignement cet annniversaire, Delcourt propose enfin au public français l'intégrale de l'oeuvre (qui était sortie aux U.S.A. en 2004), un beau pavé de plus de 1300 pages en noir et blanc pour la modique somme de 49,95 euros. Dans la deuxième moitié des années 80, Jeff Smith travaillait en tant qu'animateur dans un petit studio fondé avec des amis. Mais ce qu'il désirait par dessus tout, c'était dessiner des comics...mais pas n'importe quel comic-book : une oeuvre unique, avec un début, un milieu et une fin, et qui emmenèrait les personnages de sa création (qui hantaient son imaginaire depuis qu'il était gosse) dans une longue aventure. Pour tester son projet, il démarcha d'abord des éditeurs avec des strips de "Bone" avec comme seul effet de recevoir lettres de refus sur lettres de refus. Suivant l'exemple d'auteurs comme Art Spiegelman, les frères Hernandez ou Dave Sim, Jeff Smith décida de travailler de façon indépendante et d'éditer "Bone" lui-même en fondant sa propre société, Cartoon Books. Pendant 13 ans, entre 1991 et 2004, et avec une petite aide de Image Comics pendant quelques numéros, Jeff Smith raconta l'odyssée des cousins Fone Bone, Phoney Bone et Smiley Bone, chassés de chez eux à cause des éternelles magouilles de Phoney. Le trio arrive dans une étrange vallée et se retrouve pris au coeur d'un conflit entre humains, dragons et rats-garous commandés par une étrange entité, le Sans-Visage. Avec "Bone", Jeff Smith rend hommage à l'un de ses principales influences, Carl Barks et son Oncle Picsou (il y a beaucoup de Picsou en Phoney Bone), et plonge dans un récit de "high-fantasy" au long cours à la "Seigneur des Anneaux" trois petits bonhommes à l'aspect délicieusement cartoony : Fone, malin, courageux et grand admirateur de "Moby Dick"; Phoney, manipulateur, aussi cupide que protecteur envers ses cousins; et Smiley, le plus grand des Bone et le moins intelligent, éternel optimiste au sourire béat. La saga débute de façon simple, avec beaucoup d'humour, de chaleur, de tendresse envers des héros subtilement caractérisés (les sentiments de Bone envers la jolie Thorn, la fabuleuse et puissante Mamie Ben, l'amitié indéfectible de Smiley et sa relation presque paternelle avec Bartleby, les manipulations de Phoney, source de multiples péripéties...)...avant de prendre un tour beaucoup plus sombre, avec des thèmes complexes, une épopée aux ramifications tentaculaires, qui mêle humour, drame et aventures fantastiques avec une redoutable efficacité. Le dessin précis de Jeff Smith est un régal pour les yeux : à l'aise dans toutes les ambiances, il se fait épique dans les grands moments d'action, touchant dans les passages plus calmes, hilarant dans le slapstick pur et troublant lorsque les monstres entrent en scène (notamment lors des scènes de rêves, essentielles pour le récit, l'apparition des cercles fantômes). Du placement des ombres à l'utilisation judicieuses de cases silencieuses pour renforcer l'impact des scènes, la partie graphique regorge de trouvailles brillantes et la narration est un modèle de fluidité. "Bone", c'est 1300 pages de bone-heur (je sais, elle est nulle mais je n'ai pas pû m'en empêcher). Une superbe bande dessinée maîtrisée sur tous les aspects, pleine de héros attachants et de vilains intrigants ! Cette intégrale est l'un de mes coups de coeur de l'année !

10
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (535)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
55,00€
Boutique en ligne
55,00€
Boutique en ligne
55,00€
Boutique en ligne
55,00€
Laissez un commentaire