8

Critique de Marvel Events - Les Guerres Secrètes

par Blackiruah le mer. 17 févr. 2016 Staff

Rédiger une critique
Pour proposer une lecture complète des évènements majeurs de Marvel, Panini a lancé l’année dernière la collection Marvel Events qui fait honneur à son catalogue. En pleine publication du gigantesque crossover « Secret Wars » de Jonathan Hickman, l’éditeur a le bon gout de nous resservir l’évènement originel qui a marqué l’univers des comics.

Car Secret wars est un peu plus qu’une histoire de comics. En réalité, ce récit est de toute part créé pour satisfaire une demande de Mattel, le fabricant de jouet, qui souhaite commercialiser une nouvelle gamme centrée sur les héros de la maison des idées. Fort de ce projet ambitieux (et pécuniaire), c’est Jim Shooter, le rédacteur en chef de l’époque, qui se charge lui-même de scénariser l’event qui connaitra un succès retentissant en 1984.

Revenons à l’histoire, une entité omnipotente, le Beyonder, rassemble les héros et les vilains majeurs de l’univers pour réaliser une bataille géante sur une planète créée pour l’occasion. Honnêtement, dans un premier temps, j’ai eu très peur de ne lire qu’un récit bourrin où tout le monde se met des bourre-pifs sur 300 pages, mais Jim Shooter est bien plus fin… Heureusement !
Derrière cette base primaire, le scénariste va habilement amener tous les protagonistes à évoluer avec un respect de leur essence. Ainsi, Fatalis ne va pas chercher la confrontation directe mais plutôt à essayer de récupérer les pouvoirs de ce fameux Beyonder ; Galactus va lui se hâter à la tâche pour dévorer la planète ; pendant ce temps, les mutants vont essayer de s’entraider tout en aidant les vengeurs (de loin) qui, eux, vont essayer de vaincre les vilains.
Dans ce contexte, l’histoire devient plus ambitieuse. Ce qui est fascinant, c’est de voir à quel point « Secret Wars » est ancré dans la continuité et amène des évolutions significatives sur un grand nombre de personnages (on y voit notamment l’apparition du costume noir de Spider-man mais aussi de nouveaux héros et vilains).
Au final, le seul point négatif réside dans cette narration dense typique des années 80 qui casse le rythme de lecture, mais on est à des lustres des récits du golden age tout de même.

Visuellement, le choix de Mike Zeck est judicieux. Sa performance artistique est de très bonne qualité avec un style classique qui lorgne sur le réalisme : idéal pour toucher un grand public. Il réussit à insuffler une vraie dynamique à toutes les scènes et certaines, grandiloquentes, sont impressionnantes (notamment avec Galactus et son vaisseau). Mais, tout comme la narration, « Secret Wars » pêche sur les couleurs désuètes. Je suis convaincu qu’avec une colorisation actuelle, peu arriverait à déterminer l’époque de ce récit tant le style est indémodable.

Intéressons-nous de plus près du format de cette nouvelle collection. La couverture cartonnée est de bonne facture et je trouve la maquette classe. Mais la vraie surprise se trouve dans les premières et dernières pages : Panini réalise un éditorial aux petits oignons. Tout est présenté ! Le contexte, les personnages, l’enjeu de ce récit ainsi que les auteurs et l’après « Secret War ». Une excellente initiative de l’éditeur qui montre qu’il peut faire un vrai travail pour rendre accessible cette lecture à tous. Espérons que cela devienne une habitude !

Cette édition ultime des « guerres secrètes » se révèle être excellente sur bien des aspects. D’une part, le lecteur peut y lire une bonne histoire de comics accessible à tous, il permet de découvrir un morceau d’histoire qui a révolutionné le médium, le tout dans un album de toute beauté convaincant. La publication tombe à pic car elle permet de mieux comprendre le nom du dernier crossover de la maison des idées qui reprennent, en effet, pas mal d’éléments de l’histoire de base. Pour ceux qui ont raté le coche, c’est le moment de se jeter dessus : c’est du tout bon !

En bref

Cette édition ultime des « guerres secrètes » se révèle être excellente sur bien des aspects. D’une part, le lecteur peut y lire une bonne histoire de comics accessible à tous, il permet de découvrir un morceau d’histoire qui a révolutionné le médium, le tout dans un album de toute beauté convaincant. La publication tombe à pic car elle permet de mieux comprendre le nom du dernier crossover de la maison des idées qui reprennent, en effet, pas mal d’éléments de l’histoire de base. Pour ceux qui ont raté le coche, c’est le moment de se jeter dessus : c’est du tout bon !

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Boutique en ligne
27,00€
Laissez un commentaire