7

Critique de Head lopper #1

par Le Doc le lun. 5 sept. 2016 Staff

Rédiger une critique
Il y a quelques années, le multi-tâches Andrew MacLean (scénariste, dessinateur, encreur, lettreur, coloriste) s'occupait régulièrement d'un blog intitulé "Brand New Nostalgia", réunissant un éclectique collectif d'artistes qui se rejoignaient de temps en temps pour poster des dessins sur un thème donné. C'est lors de la "semaine viking" (ou quelque chose dans ce genre) que Andrew MacLean a mis en ligne la toute première version du guerrier Norgal et de la sorcière Agatha (enfin, plutôt ce qui reste d'elle puisqu'on parle d'une tête coupée), qui allaient devenir ensuite les héros de sa série "Head Lopper" ("Le Trancheur de Têtes").

Alors qu'il s'ennuyait entre deux commandes pour des scénaristes qui auto-publiaient leurs travaux, Andrew MacLean s'est rappelé de son dessin et a commencé à coucher les aventures de Norgal et Agatha sur papier. Pour les deux premiers chapitres, Andrew MacLean a lui aussi choisi la voie de l'auto-publication, en recourant notamment à la plateforme de financement participatif Kickstarter, avant de poursuivre sa série chez l'éditeur Image Comics qui lui offrait toutes les garanties qu'il souhaitait : un rythme trimestriel (puisqu'il était également à l'oeuvre au même moment sur sa série de S.F. "Apocalyptigirl" chez Dark Horse) pour un comic-book massif (on ne retrouve pas ici le format habituel de 22/23 pages puisque le numéro 1 propose par exemple presque 80 pages de bandes dessinées).

Cette importante pagination permet, entre autres choses, à Andrew MacLean de proposer de longues scènes d'action épiques (et il y a beaucoup, beaucoup de combats dans "Head Lopper"), avec une belle énergie qui se dégage d'un dessin séduisant, de mises en page fluides et d'un découpage qui ne manque pas d'impact et qui sait maximiser l'espace à disposition.
Au niveau de l'histoire elle-même, cela peut certes donner une impression de décompression, mais ce n'est pas si gênant, car plus que la quête en elle-même (la Reine Abigail envoie Norgal tuer le Sorcier du Marais Noir...bref, de la "sword & sorcery" tout ce qu'il y a de plus classique...ce qui ne veut pas dire que le récit n'est pas efficace, loin de là), c'est le voyage et les nombreuses épreuves que devra affronter le héros qui sont ici plus importants.

On ne sait pas grand chose de Norgal (juste qu'il est le "Fils du Minotaure" et qu'il aime couper la tête des créatures qui ont le malheur de croiser son chemin) et de son "acolyte", la tête tranchée de la sorcière bleue Agatha qu'il trimballe partout...même si elle a la fâcheuse habitude de trop parler, ce qui énerve notre barbare avare en paroles. Andrew MacLean racontera peut-être plus tard leur histoire (dans le second volume annoncé ?).
En attendant, il se concentre ici sur la relation conflictuelle de ce duo pas comme les autres, ce qui donne lieu à des dialogues savoureux et des situations plutôt croustillantes.

"Head Lopper", c'est une déclaration d'amour à tout ce qu'aime Andrew MacLean : l'héroïc-fantasy, les Conan avec Arnold Schwarzenegger, les merveilleux films de Ray Harryhausen, les monstres, la grosse baston, les BD de Mike Mignola, le heavy-metal...des références bien digérées pour un comic-book d'aventures fantastiques qui trouve un équilibre assez réjouissant entre ses aspects les plus légers et les tournures un peu plus sombres et sanglantes de son scénario.

Une galerie d'illustrations, pour la plupart signées par des dessinateurs que je ne connais pas et qui ont un joli coup de crayons, complète le sommaire de ce premier tome qui vient de sortir chez Ankama.

À suivre !

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Boutique en ligne
15,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)