8

Critique de Star Wars - Vador abattu

par bulgroz le sam. 3 déc. 2016 Staff

Rédiger une critique
Présenté comme « le premier crossover des comics Star Wars », nous assistons, avec ce titre, à la première rencontre entre la série Star Wars et la série Dark Vador.
Vador abattu (Vader : Down) est pourtant un one shot qu’il est tout à fait possible de lire indépendamment.
Comme les deux séries, il se place immédiatement après « Un nouvel espoir », et évidemment, on retrouve les géniaux Kieron Gillen et Jason Aaron au scénario.

Le récit s’ouvre avec Vador, seul aux manettes de son Tie, mais en communication constante avec le docteur Aphra, alliée du seigneur Sith, introduite dans le premier tome de la série Dark Vador.
Il poursuit Luke jusqu’à la planète Vrogas Vas, et tombe face à trois escadrons de l’Alliance rebelle qu’il n’aura aucune difficulté à détruire, avant de s’écraser sur ladite planète et de continuer sa poursuite à pied… On nous rappelle bien, s’il était encore permis d’en douter, que M. Vador n’est pas qu’un redoutable combattant au sabre laser. S’il a gardé une chose d’Anakin, c’est bien ses compétences de pilotage. Et quand elles sont augmentées par l’usage de la Force, autant dire qu’il est quasi inarrêtable, sauf à se heurter (très) frontalement à un autre Skywalker…

Les rebelles, apprenant que Vador est seul sur Vrogas Vas, décide d’aller le combattre, menés par une princesse Léia guerrière et bien décidée à faire payer au Sith la destruction d’Aldorrande.
Han Solo, C3PO et Chewbacca sont également de la partie, ils tenteront de secourir Luke, qui à l’origine est parti sur Vrogas (accompagné de R2) afin de trouver le moyen de poursuivre sa formation de Jedi.
Vous l’aurez compris, Vrogas Vas est « the place to be ».

Le récit est mené à un rythme effréné, en effectuant des allers-retours entre les personnages et entre les différents camps belligérants. D’ailleurs, c’est exactement cela qui structure la trame narrative : l’opposition entre deux camps. Alors oui, je sais. C’est Star Wars, c’est normal. Certes, mais dans le cas présent, chaque personnage d’importance se trouve confronté à son « double » (maléfique ou pas, suivant le camp dans lequel on se place). Les lecteurs de la série Dark Vador connaissent déjà BT et Triple-Zéro, les robots tueurs surarmés, sadiques, et foncièrement comiques, les négatifs de R2 et de C3PO. Le docteur Aphra est également clairement présentée comme l’obscur alter ego de Han Solo ; Chewie, lui, se voit opposé à Krrsantan le noir ; il ne s’agit donc plus uniquement de Luke VS Vador, les oppositions sont plus complexes, et même au sein des Sith, les tensions sont vives…
Une vraie dimension crossover, comme sait les réussir Marvel quand ils décident de les confier à deux auteurs de talent.

Côté dessin, je dois avouer que pour moi, « Star Wars » ne rime pas toujours avec « grand plaisir pour les yeux » (en même temps, il faut bien admettre qu’il n’y a pas beaucoup de rimes en « arze »), et dans le cas présent, en voyant la couverture de Mark Brooks, j’ai eu un peu peur pour ma rétine.
Surprise !
Mike Deodato nous offre des planches magnifiques et des portraits qui le sont tout autant, alors que, justement, dans les comics estampillés Star Wars, ce sont souvent les visages qui me chagrinent…
Larroca, pour le coup, est toujours aussi chagrinant : visages ratés, rendu du mouvement complètement à côté de la plaque… Mais la collaboration avec Deodato a l’air de lui être plutôt profitable. Ce qui fait que, malgré quelques cases ratées à un point tel que ça en devient fascinant, le résultat d’ensemble est plus que satisfaisant. Le dynamisme des scènes d’action, les couleurs, les plans très cinématographiques, finissent par l’emporter sur le kitsch des couvertures de Brooks, et sur les visages foirés de Larocca.
On n’a pas encore atteint le sans faute, mais on s’en rapproche.

Si on est dans l’attente d’une confrontation Luke/Vador qui ne viendra pas, on le sait (l’histoire se place entre les épisodes IV et V), ce one shot permet de faire découvrir les deux séries à partir desquelles il se place en crossover.

L’humour est omniprésent, et comme dans les films, il est dosé à la perfection, réparti entre des personnages secondaires dont c’est l’un des ressors (Triple-Zéro, Aphra, C3PO, Solo…) et des personnages principaux, pas drôles du tout (Vador, Luke…). Un grand classique de la narration : on est toujours attachés aux sidekick un peu décalés, que ce soit le Capitaine Haddock, Foggy Nelson ou C3PO.

Avec un titre un peu racoleur, Vador abattu réussit le pari de faire découvrir les deux nouvelles séries à celles et ceux qui ne les auraient pas encore lues, ou qui n’en connaissent qu’une des deux.

En bref

8
bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (74)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)