7

Critique de Superman - Fin de siècle

par Le Doc le sam. 17 mars 2018 Staff

Rédiger une critique
Pendant une bonne dizaine d'années, de la fin des éditions Sagédition aux premières tentatives de Semic pour redonner de la visibilité au personnage, les aventures de Superman n'ont plus été publiées en France. À quelques exceptions près (comme la saga relatant sa mort), cela donne tout un pan de l'histoire de l'Homme d'Acier resté inédit à ce jour. Entre 1995 et 2000, le canadien Stuart Immonen (qui s'est illustré récemment chez Marvel sur "Star Wars" et "The Amazing Spider-Man") fut l'un des auteurs réguliers de la série "Adventures of Superman", tout d'abord en tant que dessinateur (sur des scénarios de Karl Kesel) puis en tant que scénariste et dessinateur. L'un de ses derniers travaux sur le kryptonien, écrit et illustré par ses soins, fut "Superman : Fin de Siècle", un album de 96 pages publié comme il se doit aux U.S.A. en décembre 1999 et en France en 2002 dans la collection Semic Books.

Si "Fin de Siècle" est une aventure de Superman, l'intrigue met principalement l'accent sur la comtesse Erica del Portenza, un personnage secondaire apparu pour la première fois en 1995 dans les pages de la série "Superman : Man of Steel" avant de disparaître en 2001 dans le numéro spécial "President Luthor Secret Files and Origins".
Dans mes lectures, je n'ai croisé la comtesse qu'à deux reprises, une apparition dans le crossover "Silver Surfer/Superman" et cet album de Stuart Immonen. Je ne connaissais donc pas son histoire avant d'entamer à l'époque cette lecture pour la première fois, mais Stuart Immonen a réussi à rendre l'ensemble facile d'accès, en distillant les informations nécessaires à la compréhension de la relation entre la comtesse et Lex Luthor.

La comtesse est en effet la mère de Lena, la fille de Lex Luthor. Luthor lui en a toujours contesté la garde et en cette veille de nouvelle année, la comtesse réapparaît pour faire valoir ses droits. Mais c'est également le jour où le passé de la comtesse del Portenza va bouleverser les festivités. La lignée des del Portenza est en effet dotée d'une longue vie (je ne sais pas si c'est Stuart Immonen qui a amené cet élément où s'il a déjà été évoqué dans les séries mensuelles), dont l'auteur révèle des éléments via des flashbacks peints. De superbes planches qui témoignent une fois de plus de l'éclectisme du style de Stuart Immonen.

Au fur et à mesure des révélations, le lecteur découvre que la comtesse a eu un fils, Luca, qui est devenu une véritable machine à tuer, bien décidé à apporter la mort à ceux qu'il estime indignes de vivre. Cent ans plus tôt, Erica a pris les mesures nécessaires pour mettre un terme à la soif de sang de son enfant mais une série d'événements vont précipiter le retour de Luca, qui est bien décidé à reprendre sa série de massacres. Le récit équilibre bien les allers et retours entre le passé et le présent et malgré quelques lenteurs fait bien monter les enjeux jusqu'au final. Luca del Portenza n'est peut-être pas un adversaire flamboyant pour Superman, mais j'ai trouvé ça intéressant de lui opposer une menace qui a des liens avec une certaine magie, le genre de choses qui peut déstabiliser l'Homme d'Acier.

Bref, malgré quelques faiblesses, ce "Fin de Siècle" est un très bel album (la partie graphique est de toute beauté)...mais dans lequel Superman est presque un personnage secondaire, la comtesse del Portenza et Lex Luthor occupant plus souvent que lui le devant de la scène...

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)