8

Critique de Wonder Woman Rebirth #4

par Blackiruah le dim. 2 sept. 2018 Staff

Rédiger une critique
Mon chat Rumple a beau avoir son caractère, miauler parfois comme un dingue sur moi (à cause de son ego ou parce qu’il a faim...), on n’est pas loin d’avoir une relation père fils. Peu importe les intempéries, on finit toujours par se rabibocher et s'apprécier comme auparavant. Greg Rucka et Wonder Woman sont aussi dans une même relation où l’auteur, qui avait quitté la franchise plus ou moins prématurément, est revenu sur le personnage avec la période Rebirth pour remettre de l’ordre dans la franchise et démontrer tout son amour pour le personnage. Résultat ?

Rappelons que l’auteur est arrivé avec la volonté de tout remettre à zéro : Diana était dans le mensonge où toutes ses aventures vécues jusque là n’étaient qu’illusion et cette révélation avait plongé l’héroïne dans le doute. C’est avec ce quatrième et dernier volume que nous apprenons enfin ce qui se cachait derrière tout ce mystère.
Je n’en dirai pas plus évidemment mais la révélation est assez surprenante, surtout au vu du passif de Wonder Woman qui donne un ton particulier à ce finish. En tout cas, la lecture se révèle très plaisante, bourrée d’action et de symbolique. Car derrière ce pot au feu, Diana va devoir digérer le tout, ce qui ne sera pas chose aisée tout comme pour Veronica qui va aussi faire à ses choix importants loin d’être simple.

Bref, au final, Greg Rucka laisse le personnage dans une nouvelle situation originale et me laissera cette fois un excellent souvenir sans pointe d’amertune ! Il m’a également surpris par sa narration qui alterne les épisodes flashbacks et présents formant un tout palpitant et passionnant à lire.

Visuellement, ce run a été gâté avec Nicola Scott, Bilquis Evely et Liam Sharp. J’ai particulièrement été marqué par ce dernier qui a imprégné un graphisme épique aux airs mythologiques (ses effets sur les armures sont dignes d’un god of war d’ailleurs) rendant les planches tout simplement sublime.

Ainsi, après 4 volumes, il est clair que Greg Rucka nous a livré un travail très satisfaisant. C’est dommage qu’il quitte déjà la franchise car j’aurais été curieux de savoir comment il aurait exploité ce nouveau statu quo. Ca sera la mission du prochain scénariste, en tout cas n’hésitez pas à lire ces 4 premiers volumes, ils vous feront non seulement découvrir les origines de cette nouvelle Wonder Woman mais aussi une narration qui mérite d’inspirer de nombreux auteurs !

En bref

Mon chat Rumple a beau avoir son caractère, miauler parfois comme un dingue sur moi (à cause de son ego ou parce qu’il a faim...), on n’est pas loin d’avoir une relation père fils. Peu importe les intempéries, on finit toujours par se rabibocher et s'apprécier comme auparavant. Greg Rucka et Wonder Woman sont aussi dans une même relation où l’auteur, qui avait quitté la franchise plus ou moins prématurément, est revenu sur le personnage avec la période Rebirth pour remettre de l’ordre dans la franchise et démontrer tout son amour pour le personnage. Résultat ? Rappelons que l’auteur est arrivé avec la volonté de tout remettre à zéro : Diana était dans le mensonge où toutes ses aventures vécues jusque là n’étaient qu’illusion et cette révélation avait plongé l’héroïne dans le doute. C’est avec ce quatrième et dernier volume que nous apprenons enfin ce qui se cachait derrière tout ce mystère. Je n’en dirai pas plus évidemment mais la révélation est assez surprenante, surtout au vu du passif de Wonder Woman qui donne un ton particulier à ce finish. En tout cas, la lecture se révèle très plaisante, bourrée d’action et de symbolique. Car derrière ce pot au feu, Diana va devoir digérer le tout, ce qui ne sera pas chose aisée tout comme pour Veronica qui va aussi faire à ses choix importants loin d’être simple. Bref, au final, Greg Rucka laisse le personnage dans une nouvelle situation originale et me laissera cette fois un excellent souvenir sans pointe d’amertune ! Il m’a également surpris par sa narration qui alterne les épisodes flashbacks et présents formant un tout palpitant et passionnant à lire. Visuellement, ce run a été gâté avec Nicola Scott, Bilquis Evely et Liam Sharp. J’ai particulièrement été marqué par ce dernier qui a imprégné un graphisme épique aux airs mythologiques (ses effets sur les armures sont dignes d’un god of war d’ailleurs) rendant les planches tout simplement sublime. Ainsi, après 4 volumes, il est clair que Greg Rucka nous a livré un travail très satisfaisant. C’est dommage qu’il quitte déjà la franchise car j’aurais été curieux de savoir comment il aurait exploité ce nouveau statu quo. Ca sera la mission du prochain scénariste, en tout cas n’hésitez pas à lire ces 4 premiers volumes, ils vous feront non seulement découvrir les origines de cette nouvelle Wonder Woman mais aussi une narration qui mérite d’inspirer de nombreux auteurs !

8
Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (486)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Wonder Woman Rebirth
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire