9

Critique de La servante

par Kazuyuki Asai le jeu. 31 janv. 2013 Staff

Rédiger une critique
Alors qu'on peut découvrir en ce moment L'ivresse de l'argent sur nos écrans, intéressons nous à son film précédent: La servante (remake du film éponyme de 1960).
Premier détail que nous remarquerons: la façon qu'il a de filmer à la fois des endroits riches, luxueux, nobles et les bas quartiers populaires de la ville.
Le film part sur les chapeaux de roues et annonce déjà un drame à venir.
Le film est tourné de telle manière que sont mis en avant luxure, esthétisme, richesse et bourgeoisie. On suit le quotidien de cette famille ainsi que celui de leur deux servantes. Mais bien évidemment un seul homme dans la maison pour quatre femmes, cela va faire du remue ménage pour le moins tragique.
L'héroïne va en effet tomber sous le charme de son maître et subir le courroux des autres membres de la famille.
Servi avec une BO tout à fait en adéquation avec le film qui sera vous faire frémir quand il le faut en apportant une tension dramatique supplémentaire.
Les acteurs sont parfaits dans leur rôle: impassibles, capricieux, avides de pouvoir. On sera conquis par leur charisme sans borne et on s'attachera à eux dès les premières minutes.
Le récit présente donc les pires atrocités que sont capables de commettre une famille se croyant au-dessus de tout pour rester dans leur position actuelle. Les relations entre les personnages, tantôt émouvante, tantôt cruelle et violente nous convaincront de part leur profonodeur et leur réalisme.
Une fin en apothéose, triste, horrible exposant au grand jour la souffrance des personnages.
A voir absolument !

En bref

9
Kazuyuki Asai Suivre Kazuyuki Asai Toutes ses critiques (604)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire